Category Archives: Art

It’s Derby Time in Kentucky!

It’s officially Derby season (or has been for more than a week now) in Louisville. Here are some pictures of people “keeping Louisville weird” at the Cherokee Triangle Art Fair last Sunday.

Advertisements

1 Comment

Filed under Art, Cool Characters, Culture, Home, Kentucky, Photography

Hard at work…

Howdy, from the Wild West! As you can see, I’m “on assignment” this week, snapping away among some of the most beautiful backdrops in America.

Next week I’ll be doing some American wine investigation in California — educational purposes only? — and gallivanting around wine country with Aunt Linds.

I’ll be in touch as soon as possible…

1 Comment

Filed under Adventure, Art, Horses, Photography, Travel, Wine

“An open cube. A window on the world. A temporary stopping point on the avenue. With one eye on the future.” — Otto von Spreckelson

“Everything is so big!” Kevin reaches in his pocket and pulls out his iPhone, tapping on his new panoramic photo application.  It’s his first day in France and already he’s figured out that perhaps we Americans learned about excess in part from our  French cousins.  “Why did they build the Grand Palais?” he asks as he swivels from one corner to the other with his phone in the air.  I flip through our guidebook and confirm my suspicion: “For the 1900 World’s Fair.”  Case in point.

Some of the most ostentatious monuments of Paris were built for these Universal Exhibitions — basically, “the city is my art gallery” — including the Trocadero and the Eiffel Tower.  Showing off their artistic and scientific creativity in the 19th and 20th centuries seemed to be a French pastime, even if the monuments weren’t necessarily constructed to serve a set purpose…

Each time I visit Paris the City of Lights affects me in a different way, even more so when I am there with someone who is seeing it for the first time.  My latest trip with Kevin was as eye-opening for me as it was for him, I am sure, even though I knew my way around a bit better!

Kevin and I have been planning a bit of a Tour de France for a few months now, and thanks to my Mom and Dad, who helped plan and literally get him over here (Mom was his flight attendant on the trip over, so he was pretty spoiled!) we made it from the north part of the country (Normandy) all the way down to the Mediterranean Sea (La Camargue) with three days in Paris to begin.

{Merci, Mom, for all you’ve done!}

Here are some things I learned/travel tips from our days in Paris:

1. The Mona Lisa is small but mighty: she commands long lines at the door, but you don’t have to wait in them. I may be breaking the circle of trust between Parisians and their select few “outsider” friends, so I won’t betray the source of the following secret, only the secret itself.  This is the jewel of my last visit to Paris, and will make the difference between “I wanted to see the Mona Lisa but the line was wrapped three times around the Louvre’s pyramid and all the way down the Champs Elysee so I didn’t” and, “I walked up to the Louvre, went in and saw the Mona Lisa, took a stroll around some other galleries, then leisurely decided to go have coffee at Place de la Concorde.”

Are you with me? Here it is: As you are approaching the Louvre from the Tuilleries/Concorde there is a rather famous mini version of the Arc de Triomphe (called the Arc de Triomphe du Carrousel), just in line with the pyramid of the Louvre.  Let’s imagine you are standing under its arch, gawking at the perpetually ridiculous line streaming from the Louvre’s pyramid entrance, not knowing that you are in fact standing within a stone’s throw of the secret door.  So stop looking at the perpetually ridiculous line streaming from the pyramid entrance and pivot right about 90 degrees.  Do you see the foot high wall that seems to be serving no purpose over there on the west side of the Arc?  As you approach, you will notice that this unmarked wall opens to reveal an unmarked staircase descending into the ground.  You are, of course, advised to continue down the stairs and into…drum roll please…the Louvre.  This special staircase leads right to the underground shopping center within the museum, which in fact is only a 2.5 minute walk to the underside of the pyramid, where — oddly enough — there is no line to any of the ticket booths (so why the line outside the Louvre? It’s still a mystery to me).  We walked right up, bought our tickets (reduced with a student I.D., free with a French social security card) and found la petite Mona Lisa herself in all of 20 minutes.  If you don’t think that is amazing, you must never have been to Paris — or waited in a long line for that matter — but seriously, standing in front of the Mona Lisa without having to wait in line is completely unheard of.

{An “Insider’s” View from the Louvre}

2. You should visit the replica of the Statue of Liberty, which is a little bit exiled on the Ile aux Cygnes (Swan Island) in the 15th arrondissement but really only a short walk along the Seine from the Eiffel Tower.  Remember that the real Statue of Liberty in NYC was given as a gift to the United States from the people of France in 1886.  In fact, the sculptor, Frederic Bartholdi, is said to have been inspired by a generous law professor and politician who declared that “any monument raised to American independence would properly be a joint project of the French and American peoples.”  It is fitting, therefore, to pay a visit to the one-fifth scale replica, which stands in the middle of the Seine and faces west, toward its larger version in New York.  In addition to the date of July 4, 1776 (The signing of the Declaration of Independence) Paris’ replica bears an additional date on her tablet: July 14, 1789 (The storming of the Bastille).   It is in considering these two dates that one can fully understand the meaning of the “propriety” of a joint project glorifying independence.  It was those revolutionary Yankees, after all, who inspired the French to revolt.

{Eyes on America}

3.  If there is one thing that could put Paris’ tourists on the endangered species list, it would be Paris’ waiters.  Honestly! Judging by their nasty attitudes, it’s as if Parisian waiters think you’re there to serve them, and they are highly peeved that you aren’t!  Near Notre Dame on the one beautiful day I was able to spend with my mom, we encountered a particularly sarcastic waiter, who smiled mockingly as I ordered in French, and then labored over his own words as if I didn’t understand.  Karma was on my side when I knocked over a glass with my cell phone and got to smugly watch him clean up the broken pieces.  He was no exception to the rule of rotten waiters I have experienced in Paris, and I am not ashamed to complain because I have an ulterior motive.  That motive is to encourage you not to be intimidated by these Parisian institutions, and just to go with the flow, knowing that in the end you get to see all the beautiful sites while they only get to see their own nasty kind every day. (Sort of makes you feel sorry for them, right?)

4. If you are younger than 26 and it’s a Saturday or a Sunday, buy a Jeune day pass for the metro.  It’s 3 euro 20 or something like that (compared to 1 euro 70 for a single-trip ticket) and you can use it on the metro, the RER, and the bus, all over Paris.  Don’t say you’re going to foot it.  Buy the pass.  You’ll still foot it much more than is humanly necessary in a single day and your feet will still throb, but you will have seen oh-so-much more.

5.  In the words of the 19th century French realist Stendhal, “but I don’t dare speak of Paris, where I have lived for more than twenty years.  To know it is the work of a lifetime.”  I’ve never lived in Paris, and I don’t know that I ever will, but I fell in love with it a little this time (before, I’ll admit, I was just intimidated).  As I said, something about being there with Kevin, who had never seen France before, made me feel attached to its huge monuments and bustling streets, its crammed metros and yes, even its snobby waiters.  I felt proud of it all, as if  I had claimed some element of it as my own and had a right to flaunt it.  This is my garden, the Jardin de Luxembourg.  Notre Dame is my church and that river running beside it, it’s the Seine, as in Chatillon-sur-Seine, as in, the same river that runs beside Nicolas’ apartment in Burgundy.  Burgundy, whose glorious capitol is Dijon, where I’ve stored up thousands of memories in and around the first apartment of my own.  I said it just like that, too.  Looking over the bridge at the rushing Seine, I followed it in my mind back to Burgundy, which I have in fact claimed as my own.

{Thanks to Kevin, for sharing his pictures!}

P.S. The quotation I used as a title is one from the Danish architect who designed the Grande Arche in Paris.  Not to be confused with the Arc de Triomphe, this modern arch was completed in 1989 and was nonetheless inspired by the original, which can be seen from its terrace.

TRADUCTION A LA MELIE:

“Un cube ouvert. Une fenêtre sur le monde. Un arrêt provisoire sur l’avenue. Avec un œil sur le futur” – Otto von Spreckelson

« Tout est si grand ! » Kevin plonge la main dans sa poche et en sort son Iphone, tapotant sur sa nouvelle application photo panoramique. C’est son premier jour en France et il réalise déjà que nous, Américains, avons peut être appris l’excès en partie auprès de nos cousins Français. « Pourquoi ont-ils construit le Grand Palais ? » demande-t-il en pivotant d’un angle à un autre, brandissant son téléphone. Je feuillette notre guide et lui confirme mes soupçons : « Pour l’Exposition Universelle de 1900 » Classique.

Quelques uns des monuments les plus ostentatoires de Paris – y compris le Trocadéro et la Tour Eiffel – ont été construits pour cette Exposition Universelle – principe de base, « ma ville est ma galerie d’art ». Exhiber sa créativité artistique et scientifique aux 19ème et 20ème siècles semblait être un passe temps français, même si les monuments n’étaient pas nécessairement construits pour servir un tel dessein…

A chaque fois que je visite Paris, la Ville des Lumières me touche de manière différente, et encore plus quand j’y suis avec quelqu’un qui la découvre pour la première fois. Mon dernier voyage avec Kevin m’a ouvert les yeux autant qu’à lui, j’en suis sûre, même si je savais un peu mieux où j’allais !

Kevin et moi avions prévu ce petit tour de France il y a quelques mois déjà, et grâce à Papa et Maman, qui nous ont aidés dans les préparatifs et l’ont littéralement emmené jusqu’ici (Maman était hôtesse sur son vol, il a donc été plutôt gâté !) nous l’avons donc fait, du nord du pays (Normandie) jusqu’en bas au bord de la Mer Méditerranée (La Camargue) en commençant par trois jours à Paris.

Voici quelques trucs que j’ai appris / conseils de voyage sur nos quelques jours à Paris.

1. La Joconde est petite mais puissante : elle provoque les longues files d’attente devant la porte, mais vous n’avez pas besoin de faire la queue pour autant. Je vais peut être rompre le pacte de confiance entre les parisiens et leurs quelques rares amis profanes, je ne dévoilerai donc pas la source du secret suivant, seulement le secret lui-même. C’est le clou de ma dernière visite à Paris et fait toute la différence entre « Je voulais voir la Joconde mais la file d’attente faisait trois fois le tour de la Pyramide du Louvre et toute la descente des Champs Elysées, donc je ne l’ai pas vue » et « Je suis allée au Louvre, je suis entrée, j’ai vu la Joconde, fait un tour dans les autres galeries et j’ai tranquillement décidé d’aller boire un café Place de la Concorde. »

Vous y êtes ? voilà : en approchant du Louvre depuis les Tuileries/La Concorde il y a une version miniature plutôt célèbre de l’Arc de Triomphe (appelé l’Arc de Triomphe du Carrousel), aligné avec la Pyramide du Louvre. Imaginez que vous vous tenez sous cette arche, bouche bée devant cette ridicule file d’attente s’échappant en permanence de l’entrée de la Pyramide, sans savoir qu’en fait vous vous tenez à un jet de pierre de la porte secrète. Donc arrêtez de regarder cette ridicule file d’attente s’échappant en permanence de l’entrée de la Pyramide et pivotez de tout juste 90 degrés. Voyez-vous ce mur de 30cm qui semble sans aucune utilité juste à l’ouest de l’Arc ? En approchant, vous noterez que ce muret anonyme révèle un escalier anonyme descendant dans le sol. Je vous conseille bien sûr, de descendre cet escalier et d’accéder … roulement de tambour s’il vous plait … au Louvre. Cet escalier spécial mène directement à la galerie marchande du sous sol du musée, située en fait à seulement deux minutes et demie du dessous de la pyramide – et où, assez étrange, il n’y aucune file d’attente aux guichets (alors pourquoi ces files à l’extérieur du Louvre ? cela reste pour moi un mystère). Nous avons donc marché tout droit, acheté nos tickets (tarif réduit avec la carte d’étudiant, gratuite avec une carte de sécurité sociale française) et trouvé la petite Mona Lisa en personne en 20 minutes. Si vous ne trouvez pas ça incroyable, c’est que vous n’êtes jamais allés à Paris – ou n’avez jamais attendu dans une longue file pour cela – mais sérieusement, se tenir en face de la Joconde sans avoir à faire la queue est complètement inouï.

2. Il faut visiter la réplique de la Statue de la Liberté, un peu exilée sur l’Ile aux Cygnes dans le 15ème arrondissement, mais à deux pas de la Tour Eiffel en longeant la Seine. Souvenez-vous que la vraie Statue de la Liberté à New York fut offerte aux Etats-Unis par le peuple Français en 1886. En fait, on raconte que le sculpteur Frédéric Bartholdi fut inspiré par un généreux professeur de droit et politicien ayant déclaré que « tout monument érigé en l’honneur de l’indépendance américaine serait en toute légitimité un projet commun entre les peuples Français et Américains ». Il convient donc, de rendre visite à la réplique au 1/5eme, dressée au milieu de la Seine face à l’Ouest en direction de sa version grande taille à New York. En plus de la date du 4 juillet 1776 (signature de la Déclaration d’Indépendance) la réplique parisienne porte la date du 14 juillet 1789 (Prise de la Bastille). C’est en considérant ces deux dates que l’on peut pleinement comprendre la « légitimité » d’un projet commun à la gloire de l’indépendance. Ce sont ces yankees révolutionnaires, après tout, qui ont inspiré la révolte des Français.

3. S’il existe une chose capable de placer les touristes parisiens sur la liste des espèces menacées, ce sont les serveurs parisiens. Sincèrement ! A en juger par leur attitude désagréable, c’est comme si les serveurs parisiens pensaient que vous êtes là pour les servir eux, et ils sont très fâchés que ce ne soit pas le cas ! Près de Notre Dame, en ce jour magnifique que j’ai pu passer avec ma maman, nous avons affronté un serveur particulièrement sarcastique, souriant moqueusement alors que je commandais en français et détachant ensuite nettement ses propres mots comme si je ne comprenais pas. Mais le destin était avec moi lorsque je fis tomber mon verre avec mon téléphone et que je pus le regarder ramasser les morceaux d’un air suffisant. Il ne faisait pas exception à la règle des serveurs infects que j’ai expérimentés à Paris, et je n’ai pas honte de me plaindre parce que j’ai une arrière-pensée. Cette arrière-pensée est de vous encourager, vous, à ne pas vous laisser intimider par ces institutions parisiennes, et à juste vous laisser porter, en sachant qu’en fin de compte, vous allez découvrir tous ces sites magnifiques alors qu’ils ne verront que leurs vilains congénères tous les jours. (un moyen de vous sentir désolés pour eux, non ?)

4. Si vous avez moins de 26 ans, et que vous êtes un Samedi ou un Dimanche, achetez un pass journée Jeune pour le métro. Cela coûte 3.20 euros ou quelque chose comme ça (au lieu d’1.70 euros pour un trajet simple) et vous pouvez l’utiliser dans le métro, le RER et le bus dans tout Paris. Ne dites pas que vous allez marcher. Achetez le pass. De toute façon vous marcherez plus qu’il est humainement nécessaire de le faire en une seule journée et vos pieds chaufferont quand même, mais vous aurez vu bien, bien plus de choses.

5. Avec les mots de Stendhal, auteur réaliste du 19ème siècle « mais je n’ose pas parler de Paris, où j’ai vécu pendant plus de 20 ans. La connaître est le travail de toute une vie » Je n’ai jamais vécu à Paris, et je ne sais pas si j’y vivrai un jour, mais j’en suis un peu tombée amoureuse cette fois-ci (avant, je l’admets, j’étais seulement intimidée). Comme je l’ai dit, quelque chose dans le fait d’être là avec Kevin, qui n’avait jamais vu la France auparavant, m’a fait sentir mon attachement à ses immenses monuments et ses rues animées, ses métros bondés et oui, même à ses serveurs snobs. J’ai le droit d’en faire l’affiche. C’est mon jardin, le Jardin du Luxembourg. Notre-Dame est mon église et cette rivière qui court derrière, c’est la Seine, comme à Châtillon sur Seine, comme cette même rivière qui court le long de l’appartement de Nicolas en Bourgogne. La Bourgogne, dont la glorieuse capitale est Dijon, où j’ai emmagasiné des milliers de souvenirs à l’intérieur et autour de mon premier appartement à moi. Je dis ça juste comme ça. En contemplant la Seine couler sous le pont, je la suis dans ma tête jusqu’en Bourgogne, que je revendique en fait comme la mienne.

PS : la citation utilisée dans le titre est de l’architecte danois qui a conçu la Grande Arche à Paris. A ne pas confondre avec l’Arc de Triomphe, cette arche moderne fut achevée en 1989 est néanmoins inspirée par l’original que l’on peut contempler depuis sa

5 Comments

Filed under Adventure, Art, Cool Characters, Culture, Paris, Travel

“Another well-known Paris landmark is the Arc de Triomphe, a moving monument to the many brave women and men who have died trying to visit it.” –Dave Berry…More lessons from the Cote d’Azur (not Paris).

(Continued from yesterday’s post)

4.  With bed-and-breakfasts, as with books, don’t judge them by their covers. Judge them by their breakfasts.  We weren’t too sure about Villa Matuzia at first.  Let’s just say that the rooms had changed a little since the website pictures had been taken.  Needless to say, it was clean as a whistle — just lacking a little charm.  No matter: we could crash here for the night and then make our way farther up the coast the next day.  That was our opinion before breakfast, anyway.  The next morning we were supremely spoiled by our hosts Sophie and Julien.  Having the warmly decorated dining room all to ourselves, we were free to ooh and aah as Sophie presented us with an amazing spread of fresh fruit, warm pastries, mini-baguettes, homemade jam (strawberry-clementine, walnut-fig, and plum) honey a la fleur d’acacia, the softest butter imaginable, hot coffee with steamed milk, fruit salad in mint syrup, and artisan whole-milk yogurt.  Everything in its own adorable receptacle, complete with miniature spoons and knives which I am now determined to find for my own future collection.  “Vous nous gatez!” I exclaimed, gratefully. You’re spoiling us!

Il faut, dis donc!” Sophie replied. But of course!

5.  As Thoreau says, “Alas! how little does the memory of these human inhabitants enhance the beauty of the landscape!”  While in Cannes, we decided it would be silly to pass through without seeing the “most prestigious artery” of the city: La Croisette.  Lined with palm trees and flowers, the impeccable avenue spans the length of the coast for close to three kilometers, from the Palais des Festivals to the “Palm Beach” Casino. We had just gotten off the boat after an afternoon on the gorgeous island of St. Honorat, owned and inhabited solely by Cistercian monks, so as we looked for a parking place along the bling-bling avenue, we became un peu degouté.  This is it?” I repeated a few times as we passed hotel after monstrous hotel.  “Why don’t we save ourselves the trouble (and the seven euro an hour parking) and just see it by car? I don’t mind,” I added.  So, that’s what we did.  We kept driving, I snapped some pictures to prove we were there, and when we reached the end all I could think to say was that it was a shame that people had to come and build up the coast to begin with.  “I am sure La Croisette really was breathtaking at one point in time,” I sighed, disappointed that the Cannes I had imagined before coming had been more lovely than real life.

{La Croisette}

{The abbey-church: part of the fortified monastery, St. Honorat Island}

6.  Style, like beauty, is in the eye of the beholder.  I have never seen so many high, high heels on such treacherous cobblestones as I did on the French Riviera. I have also never seen a traditional old Citroën Deux Cheveaux decked out in fake cowhide.  A chacun son goût, I suppose.  (At any rate, check out the different reactions the girl is getting in the photo below: amusement on the left, genuine interest on the right…)

7.  Buy sunscreen before leaving your hometown.  Or pay 30 euro for it in St. Tropez.  Don’t worry, we didn’t.  And that’s why I got to call Nico “Redneck” for the rest of the trip.

8. Lunch picnics save money and make you appreciate dinner at a good restaurant more. Don’t you get tired of eating out all the time on vacation?  By the second day we were already craving simpler food — and the feeling of hunger, which never seems to make an appearance when all you do is eat rich food.  To rectify the situation, and save a few euros, we stopped at a supermarket and bought our first picnic lunch: a baguette, a package of smoked turkey, a bit of soft St. Felicien cheese, some apples, and fig bars for dessert.  Best. Decision. Ever.  By dinnertime we were delightfully ravenous and could enjoy our meal even more with the knowledge that lunch had cost a whopping seven euros.  We did this throughout the trip, especially on hiking days, and it made a difference budget-wise as well as health-wise.

9.  Don’t put all your faith in the guidebook.  On a scale of one to three stars St Honorat more than merited its two.  Eze Village didn’t deserve three.  It’s all a matter of opinion, of course, but sometimes it’s best to trust instinct.  We got a little carried away with the stars, which helped us when it came to that island off the coast of Cannes, but deceived us when we arrived in Eze.  Sometimes three stars means you are just going to be one more tourist in the trap.  I will say that Eze was beautiful — the view from the mountainous village overlooking the sea was stunning.  But the vibe of the place reminded us a little of Cannes’ La Croisette.  Ritzy for the sake of showing off; beautiful for the sake of the millionaires who pay to be seen at its hotels. We got there just in time for a little walk before buying our picnic lunch and getting the heck outta Dodge.  On the other hand, the “Pic du Cap Roux” hike near Agay got two stars, and that, as I said, was one of the best days of the trip.

{Eze Village}

{Behind that smile is my “It’s time to go” face}

All in all, it was a wonderful trip and a great learning experience.  In summary, and without too much detail, here are some of my top recommendations:

1.   Saint- Paul-de-Vence: Gorgeous fortified village in the hills just above Cannes.  Made famous by the artists and writers who inhabited it in the 1950’s and those who continue the tradition today.  Filled with art galleries both traditional and contemporary.

2.  La Cassolette restaurant, Vence

3.  Bed and Breakfast: Aux Trois Lits Qui Chantent, Vence

4.  Le Pic du Cap Roux, Four hour hike in the Esterel mountains beginning at Pointe de l’Obersvatoire and culminating in a panorama with views of Cannes.

5. Breakfast at Villa Matuzia, Agay

6.  La Chapelle du Rosaire (The Rosary Chapel) or La Chapelle de Matisse (Matisse’s chapel), Vence: One of our unexpected favorites, this modern chapel (1948-51) was designed by the artist Henri Matisse for the Dominican nuns who live next door.  “This work has demanded four years of exclusive attention and is the culmination of my whole life’s work,” said Matisse.  “I consider it, despite its imperfections, my masterpiece.”  Being here reminded me of the work of my great uncle, John ffrench, whose art was also influenced by his Catholic faith, and reflected its dynamism in bright and bold colors.  Seeing the set of priestly vestments that Matisse designed, using the traditional colors of the religious seasons but in explosions of brightness and modern-art beauty especially made me think of Uncle John, who designed similar vestments which were worn by the priest at his funeral last year.

TRADUCTION A LA MELIE:

« Un des autres points de repère bien connu de Paris est l’Arc de Triomphe, un monument vivant à la mémoire de tous les braves hommes et femmes morts en essayant de le visiter. » Dave Berry… Un peu plus de leçons de la Côte d’Azur (et pas de Paris).

(Suite du post d’hier)

4. Pour les chambres d’hôtes, comme pour les livres, ne juge pas d’après la couverture. Juge-les d’après leur petit déjeuner. Nous n’étions pas très sûrs de la Villa Matuzia au premier abord. Disons juste que les chambres ont un peu changé depuis que les photos du site internet ont été prises. Pas besoin de préciser, elles étaient propres comme un sou neuf, mais manquaient un peu de charme. Pas de problème : nous pouvions faire étape ici pour la nuit et continuer notre chemin plus loin sur la côte le jour suivant. En tout cas c’est ce que nous pensions avant le petit-déjeuner. Au matin nous avons été suprêmement gâtés par nos hôtes Sophie et Julien. Avec la salle à manger chaleureusement décorée pour nous tous seuls, nous étions libres de pousser des ooh et des aah quand Sophie nous a proposé un assortiment incroyable de fruits frais, de viennoiseries toutes chaudes, de mini-baguettes, de confitures maison (framboise – clémentine, noix-figue, prune), de miel à la fleur d’acacia, du beurre le plus doux qu’on puisse imaginer, de café et de lait chauds, de salade de fruits dans un sirop de menthe, de yaourt artisanal au lait entier. Tout cela dans son adorable récipient individuel, complété de cuillères et couteaux miniatures que je suis maintenant décidée à trouver pour ma future collection. « Vous nous gâtez » me suis-je exclamée, reconnaissante.

« Il faut, dis donc ! «  a répondu Sophie. Mais bien sûr !

5. Comme le dit Thoreau “ Hélas ! comme la mémoire de ces êtres humains met peu en valeur la beauté des paysages ! » A Cannes, nous nous sommes dits qu’il serait idiot de repartir sans voir la « plus prestigieuse artère » de la cité : La Croisette. Bordée de palmiers et de fleurs, l’avenue impeccable court le long de la côte sur presque trois kilomètres, du Palais des Festivals au Palm Beach Casino. Nous descendions tout juste du bateau après un après-midi sur la superbe île de Saint Honorat, détenue et habitée uniquement par des moines cisterciens, cherchant une place de parking le long de l’avenue bling-bling, et nous avons été un peu dégoutés. « C’est tout ? » ai-je répété plusieurs fois en passant d’un hôtel monstrueux à l’autre. « Pourquoi ne pas nous épargner cette peine (et les sept euros de l’heure du parking) et juste regarder depuis la voiture ? Ca m’est égal. » ai-je ajouté. C’est donc ce que nous avons fait. Nous avons continué de rouler, j’ai pris quelques photos pour prouver que nous y étions, et arrivée au bout, tout ce que je trouvais à dire était que c’est une honte que des gens aient eu besoin de venir et de construire sur la côte, pour commencer. « Je suis sûre que La Croisette était époustouflante autrefois » ai-je soupiré, déçue que le Cannes que j’imaginais avant de venir aie été plus séduisant que dans la vraie vie.

6. Le style, comme la beauté est dans l’œil du spectateur. Je n’avais jamais vu autant de talons aussi, aussi hauts sur des pavés si perfides que sur la Côte d’Azur. Je n’avais jamais non plus vu une bonne vieille Deux Chevaux Citroën parée de fausse peau de vache. A chacun son goût, je suppose. (De toute façon, regardez les différentes réactions qu’inspire la fille sur la photo ci-dessous : amusement à gauche, intérêt manifeste à droite…)

7. Achète ta crème solaire avant de partir. Ou paie 30 euros pour l’acheter à Saint Tropez. Rassurez-vous, nous ne l’avons pas fait. C’est pourquoi j’ai traité Nico de « peau rouge » tout le reste du voyage.

8. Les piques niques au déjeuner font économiser de l’argent et encore plus apprécier le dîner dans un bon restaurant. Ca ne vous fatigue pas de manger toujours à l’extérieur quand vous êtes en vacances ? Dès le deuxième jour nous avions envie de nourriture plus simple – et d’avoir faim, ce qui semble ne jamais arriver quand vous ne faites que manger une nourriture riche. Pour rétablir la situation et économiser quelques euros, nous nous sommes arrêtés dans un supermarché et avons acheté notre premier pique-nique : une baguette, un paquet de dinde fumée, un morceau de Saint-Félicien, des pommes et des barres aux figues pour le dessert. La Meilleure Décision Jamais Prise. Pour le dîner nous étions délicieusement affamés et avons pu encore plus apprécier notre repas sachant que le déjeuner nous avait coûté la somme énorme de sept euros. Nous avons fait la même chose tout le long du trajet, tout spécialement les jours de randonnée, et cela a fait la différence, maîtrise du budget comme maîtrise de la santé.

9. Ne crois pas ton guide touristique comme la Bible. Sur une échelle de une à trois étoiles, Saint Honorat plus qu’une autre en mérite deux. Eze village n’est pas digne de trois. Ce n’est qu’une histoire d’opinion, bien sûr, mais il vaut parfois mieux se fier à son instinct. Nous nous sommes un peu laissés emporter par ces étoiles, ce qui nous a aidé pour cette île au large de Cannes, mais nous a déçu lorsque nous sommes arrivés à Eze. Parfois trois étoiles signifie que tu seras encore un touriste de plus dans le piège. Je dirai qu’Eze était magnifique – la vue depuis le village montagneux surplombant la mer était stupéfiante. Mais l’ambiance de l’endroit m’a un peu rappelé la Croisette à Cannes. Classieux pour l’amour du m’as-tu vu, magnifique au regard des millionnaires qui paient pour être vus dans ses hôtels. Nous y sommes arrivés juste à temps pour une petite promenade avant d’acheter notre pique-nique et se tirer vite fait. D’un autre côté, la randonnée du Pic du Cap Roux près d’Agay ne comporte que deux étoiles, et ce fut comme je l’ai dit, l’un des meilleurs jours du voyage.

L’un dans l’autre, ce fut un voyage fabuleux et une expérience très enrichissante. En résumé, et sans trop de détails, voilà quelques unes de mes meilleures recommandations :

  1. Saint Paul de Vence : Magnifique village fortifié dans les collines au dessus de Cannes. Rendu célèbre par les artistes et écrivains qui y ont habité dans les années 50 et ceux qui continuent la tradition aujourd’hui. Rempli de galeries d’art traditionnel et contemporain.
  2. 2.   Le restaurant La Cassolette, Vence
  3. 3.   La chambre d’hôtes : Au Trois Lits qui Chantent, Vence
  4. le Pic du Cap Roux. Quatre heures de randonnée dans les montagnes de l’Estérel, depuis la Pointe de l’Observatoire jusqu’au panorama sur Cannes.
  5. 5.    Le petit-déjeuner à la Villa Matuzia, Agay
  6. La Chapelle du Rosaire ou La Chapelle de Matisse, Vence. L’un de nos outsiders, cette chapelle moderne (1948-51) a été dessinée par l’artiste Henri Matisse pour les sœurs dominicaines voisines de l’endroit. « Ce travail a exigé quatre ans d’attention exclusive et est le point culminant du travail de toute ma vie » disait Matisse. « Je le considère, malgré ses imperfections, comme mon chef-d’œuvre. » Etre ici m’a rappelé le travail de mon grand-oncle, John ffrench, dont l’art était également influencé par sa foi catholique, et reflétait son dynamisme au travers de couleurs lumineuses et audacieuses. Voir l’assortiment de vêtements sacerdotaux que Matisse avait dessiné, utilisant les couleurs traditionnelles des saisons liturgiques mais dans une explosion de brillance et de beauté d’art moderne m’a tout spécialement rappelé Oncle John, qui avait dessiné des vêtements semblables que le prêtre a porté lors de ses funérailles l’année dernière.

37 Comments

Filed under Adventure, Art, Culture, Inspiration, Photography, Travel

“Breathe the air, drink the drink, taste the fruit, and resign yourself to the influences of each” — Thoreau

Well howdy do! The southern belle is returned from the French Riviera! I know it’s been a while, and I’m sorry.  But if you had just seen all the towns and cities and beaches and mountains I’ve just seen, you’d need time to digest it too.

A bit of an explanation is in order, I think.  After Easter Nicolas and I packed our bags (and the car) and headed south for his two weeks of vacation.  We planned to do the whole Cote d’Azur, starting with one night’s stay in Aix-en-Provence, where we got to visit with Louis and Anne-Sophie WHO WILL BE MARRIED IN TWO WEEKS!   It was a great way to start our vacation, filled with good food (thank you, Anne-So for the fabulous quiche, ratatouille, and strawberry tiramisu!) and good wine (thank you, Louis, for your dad’s own delicious Beaune red, and the champagne!) and good friendship all around.

From Aix, we made our way to St. Tropez, explored the mountain village of Ramatuelle and ended the day near St. Raphael — as indicated by my sneakers in the photo above.

After that the coast was our guide, and in the days ahead we would primarily see Agay, Cannes, St. Honorat Island, Vence, the artists’ village of St. Paul, the rich man’s village of Eze (Monaco’s backyard), the beaches of Antibes, and so much in between.

Here are a few things I learned along the way, in no particular order:

1.  Eat good food, even (or especially) when you’re feeling a little grumpy.  It’s funny that sometimes when you are on vacation you forget that it’s vacation — it should be no big deal: whatever happens, it’s vacation and it’s all good.  About midway through the trip, after a long day of touring, I was a little too cranky to pick a restaurant and a little too tired to feel all that hungry.  So when Nicolas suggested a well-rated and slightly fancy-looking restaurant, I first said, “we should save a place like this for a night when we aren’t in this kind of mood.”  Nicolas saw things differently. “We should eat here because we’re in this kind of mood,” he said, politely using the first person plural when third person singular would have been more accurate.  Turns out that was the best meal of the trip, and if you are ever in Vence, I assure you you won’t be disappointed if you eat at La Cassolette. Do it after a long, tiring day.

2.  If the beaches at the Cap d’Antibes could speak, their motto would be “don’t tread on me.”  In other words, take your camera (oops), but not your beach towel (oops).  With a view of the snow-capped Alps across the bay, the beaches here are genuinely beautiful.  But they are covered in giant jagged rocks which make it all but impossible to find a safe place to sunbathe.  We managed to catch a few rays and have our breath taken away by the freezing water on one of the private sand beaches in front of a restaurant which (lucky for us) was under construction at the time.  Other than that, there was one public beach safe for sunbathing, but the views were not so good.  (Imagine a whole flock of tourists seeking a rare place to sunbathe and you get the gist of the view.)

3.  Sometimes the seaside is best enjoyed from the mountainside.  Now that I’ve been back a little while, my favorite memories are starting to surface and I can say without a doubt that one of the best moments of the trip was overlooking the coast of Cannes, the islands of St. Honorat and Ste. Marguerite, and the St. Tropez peninsula from the summit of Cap Roux, near Agay.  Nico and I packed a picnic and hiked from Pointe de l’Oberservatoire on the coast up into the red rocks to the west. From start to finish we hiked a little over four hours, most of the time just the two of us on the trail.  There is something to be said for the peace at the top of a mountain, and the satisfaction of having arrived there on your own two feet.

There’s more to this list.  But I’ll have to continue tomorrow…did I mention I’m planning a trip to Normandy now?  Have to call the hostel in Bayeux…

TRADUCTION A LA MELIE:

Respirez l’air, buvez la boisson, goûtez le fruit, et résignez-vous aux influences de chacun.- Thoreau

Bien le bonjour ! La belle du sud est revenue de la Côte d’Azur ! Je sais, ça fait un moment, et je suis désolée. Mais si vous aviez vu toutes les villes et les cités, les plages et les montagnes que j’ai vues, vous auriez besoin de temps pour digérer aussi.

Mais commençons par le commencement, à mon avis. Après Pâques, Nicolas et moi avons bouclé nos valises (et chargé la voiture) et nous sommes dirigés vers le sud pour ses deux semaines de congés. Nous avons prévu de faire toute la Côte d’Azur en commençant par une nuit à Aix en Provence, pour rendre visite à Louis et Anne-Sophie QUI SE MARIENT DANS DEUX SEMAINES ! Ce fut une très bonne introduction à nos vacances, pleine de bonne nourriture (merci Anne-So pour les formidables quiche, ratatouille et tiramisu aux framboises !), de bon vin (merci Louis, pour le délicieux Beaune de ton papa, et le champagne !) et d’amitié.

Depuis Aix, nous sommes partis sur Saint-Tropez, avons exploré le village montagneux de Ramatuelle et finit la journée près de Saint Raphaël – comme délimité par mes pieds sur la photo ci-dessus.

Après cela nous nous sommes laissés guider par la côte et dans les jours suivants nous avons vu principalement Agay, Cannes, l’île de Saint Honorat, Vence, le village d’artistes de Saint Paul, le village de riches d’Eze (à la porte de Monaco), les plages d’Antibes et tant de choses entretemps.

Voilà, sans classement particulier, certaines choses que j’ai apprises en chemin.

1. Fais un bon repas, même si (ou parce que) tu te sens un peu grognon. C’est drôle comme parfois lorsque l’on est en vacances, on oublie que ce sont les vacances – il ne faut pas en faire toute une histoire, quoiqu’il arrive, ce sont les vacances et tout va bien. A peu près à la moitié de notre voyage, après une longue journée de tourisme, j’étais un peu trop mal lunée pour choisir un restaurant et un peu trop fatiguée pour avoir faim. Alors quand Nicolas m’a suggéré un restaurant un peu chic et cher, j’ai tout d’abord déclaré « Nous devrions réserver un endroit comme celui-là pour une soirée où nous ne serons pas dans cet état d’esprit ». Nicolas a vu les choses différemment. «Nous devrions dîner ici parce que nous sommes dans cet état d’esprit», a-t-il déclaré, utilisant poliment la première personne du pluriel alors que la troisième personne du singulier aurait été plus appropriée. Ce qui a conduit au meilleur repas du voyage, et si jamais vous passez par Vence, je vous assure que vous ne serez pas déçu si vous dînez à La Cassolette. Faites le après une longue et fatigante journée.

2. Si les plages du Cap d’Antibes pouvaient parler, leur devise serait « attention où vous posez les pieds ». En d’autres termes, prenez votre appareil photo (oups), mais pas votre serviette de plage (oups). Avec la vue sur les Alpes enneigées de l’autre côté de la baie, les plages d’ici sont vraiment magnifiques. Mais elles sont couvertes d’énormes rochers escarpés qui permettent tout sauf trouver un endroit pour prendre un bain de soleil. Nous avons réussi à capter quelques rayons et avons eu le souffle coupé par l’eau glacée sur l’une des plages de sable privées devant un restaurant qui (heureusement pour nous) était en travaux. A part ça, il existe une plage publique adaptée au bain de soleil, mais la vue n’est pas si belle. (Imaginez un troupeau entier de touristes à la recherche d’un rare emplacement pour bronzer et vous aurez une idée de la vue.)

2 Comments

Filed under Adventure, Art, Culture, Inspiration, Photography, Travel

I’ve never made a lanyard, but sometimes Billy Collins says it just right

I’m back! Here are some images from our trip to the south…a teaser for stories to follow.

In the meantime — since I will prioritize unpacking my bag and arranging my things over writing for once — I am sharing with you this poem by Billy Collins, former Poet Laureate of the United States and fellow Holy Cross alum (yes, I am proud).  It’s a poem that has made me laugh in the past but seems right now more than ever to sum up my appreciation for my own parents.  What do you think?

The Lanyard – Billy Collins

The other day I was ricocheting slowly
off the blue walls of this room,
moving as if underwater from typewriter to piano,
from bookshelf to an envelope lying on the floor,
when I found myself in the L section of the dictionary
where my eyes fell upon the word lanyard.

No cookie nibbled by a French novelist
could send one into the past more suddenly—
a past where I sat at a workbench at a camp
by a deep Adirondack lake
learning how to braid long thin plastic strips
into a lanyard, a gift for my mother.

I had never seen anyone use a lanyard
or wear one, if that’s what you did with them,
but that did not keep me from crossing
strand over strand again and again
until I had made a boxy
red and white lanyard for my mother.

She gave me life and milk from her breasts,
and I gave her a lanyard.
She nursed me in many a sick room,
lifted spoons of medicine to my lips,
laid cold face-cloths on my forehead,
and then led me out into the airy light

and taught me to walk and swim,
and I, in turn, presented her with a lanyard.
Here are thousands of meals, she said,
and here is clothing and a good education.
And here is your lanyard, I replied,
which I made with a little help from a counselor.

Here is a breathing body and a beating heart,
strong legs, bones and teeth,
and two clear eyes to read the world, she whispered,
and here, I said, is the lanyard I made at camp.
And here, I wish to say to her now,
is a smaller gift—not the worn truth

that you can never repay your mother,
but the rueful admission that when she took
the two-tone lanyard from my hand,
I was as sure as a boy could be
that this useless, worthless thing I wove
out of boredom would be enough to make us even.

4 Comments

Filed under Art, Cool Characters, Gratitude

A lesson from a room with a view

Chambre de bonne.

Never mind that my “penthouse” is near the top floor of a XVII century Hotel Particulier of Dijon, complete with regal staircase and gated courtyard.  Glamorous as it may sound, my chez moi is what they used to call a chambre de bonne because a hundred years ago it housed what they used to call a bonne à tout faire — the maid.

Today I woke up thinking of her.

Did the bells of Notre Dame encourage her out of her sleep as they do me?  Did she clamp her eyes closed while counting the dings (two, three, four) and the dongs (five, six, seven) of those old whining cloches ? Did her toes curl in revolt as she swung her hips over the side of her tiny bed and touched the cold tile floor?

Practically nothing, aside from the nine humble meters, is the same as it was one hundred years ago in this little room.  A kitchenette has been added, along with a toilet and a shower.  The walls have been redone, the windows newly replaced.

But sometimes I feel a sort of strange connection, not to the former inhabitants of this modern “studette,” but to my image of one young maid from autrefois who woke up in the same second-and-a-half story place.

Practically nothing is the same, aside from the nine humble meters and the view of Notre Dame.  Built between1252 and 1334, the church has been the centerpiece of the scene from this room ever since someone thought to put a maid’s quarters between the second and the third floor.  With its single steeple and ghastly gargoyles and the clock given to the people of Dijon by the Duke of Burgundy in 1383, it represents my corner of Dijon in probably exactly the same way it represented my maid’s.

Faithfully calling the hours, faithfully beckoning the people of Dijon to come pray, Notre Dame stands as both a symbol of the past and a landmark of today, but also as a reminder of the ephemeral.  It is the link between the maid and myself.  Even when I am no longer here, like the maid who lives now only in my imagination, the bells of Notre Dame will chime, joining past and present one whining hour at a time.

French Translation:

I didn’t suspect I would have my own translator so soon in my writing career, but this afternoon I received an email from Nicolas’ sister, Marie-Amélie, who had already translated this post in its entirety! For the first time I read the interpretation of my own work, and I was delighted — not only because she had absolutely nailed the essence of the post, but also because in doing so she confirmed that I am getting my thoughts across clearly.  Voila her generous gift, for your reading/comparing pleasure! Merci Mélie!

 

Peu importe que mon “penthouse’’ soit quasiment au dernier étage d’un hôtel particulier dijonnais du XVIIe, avec escalier d’honneur et cour fermée. Aussi glamour que cela puisse paraître, mon chez moi est ce qu’on appelait une « chambre de bonne » parce qu’il y a une centaine d’années on y logeait ce qu’on appelait une « bonne à tout faire », une domestique.

Ce matin je me suis levée en pensant à elle.

Les cloches de Notre Dame la tiraient-elles du sommeil comme elles le font pour moi ? Gardait-elle les yeux clos en comptant les dings (deux, trois, quatre) et les dongs (cinq, six, sept) de ces vieilles cloches gémissantes ? ses doigts de pieds se recroquevillaient-ils de révolte quand elle basculait ses jambes en dehors de son petit lit et qu’ils touchaient le carrelage gelé ?

Il n’y a quasiment rien en commun, excepté les modestes neufs mètres carrés, entre ma petite chambre et ce qu’elle était il y a cent ans. On a ajouté une kitchenette, ainsi que des toilettes et une douche. Les murs ont été refaits, la fenêtre remplacée récemment.

Mais parfois je ressens comme une étrange connexion, pas avec les anciens locataires de cette « studette » moderne, mais avec l’image d’une jeune bonne d’autrefois, qui se réveillait à ce même deuxième étage et demi.

Il n’y a quasiment rien en commun, excepté les modestes neufs mètres carrés et la vue sur Notre Dame. Construite entre 1252 et 1334, l’église a été la pièce centrale du panorama de cette chambre depuis que quelqu’un a décidé d’installer le quartier des domestiques entre le deuxième et le troisième étage. Avec sa flèche unique, ses gargouilles effrayantes et la cloche offerte aux dijonnais par le duc de Bourgogne en 1383, elle illustre mon coin de Dijon probablement tout comme elle illustrait celui de ma bonne.

Sonnant fidèlement les heures, invitant fidèlement les dijonnais à venir prier, Notre Dame se dresse à la fois comme un symbole du passé et un repère du présent, mais aussi comme un souvenir de l’éphémère. C’est le lien entre la bonne et moi. Même lorsque je ne serais plus là, tout comme la bonne qui ne vit plus que dans mon imagination, les cloches de Notre Dame carillonneront, mêlant passé et présent une heure gémissante après l’autre.

4 Comments

Filed under Art, Dijon, Photography, Unconventional Wisdom