Learn French at dinner time: Quelle bonne idée

Yesterday I sat in on a French class hosted by Los Monitos Language Center at the restaurant, Ghyslain.  More on that later.  For now, here’s a little taste of my favorite part of the lesson.

“We know the formula for ordering un plat,” Madame says, opening her arms as if inviting her students to burst out in choral performance.  Then, raising one finger emphatically, she lowers her voice.  On cue, her students lean in to hear what they’re sure will be an important detail.

“Remember the most important part of the formula,” she hints.

S’il vous plaît!” comes the chorus.

Madame nods, pleased, then makes her way around the room soliciting the sentence, “Je voudrais du poisson, s’il vous plaît.”

The students repeat, with varying degrees of success, and a few accidental orders of poison.  Madame smiles encouragingly at each of them, her ear trained to pick up the positive notes among the choppy, timid sentences.  Still, when she reaches the last student, she throws a curveball.

“What if your server responds, ‘je suis désolée, mais…’ ?

She hunches her shoulders dramatically to emphasize the meaning of this new vocabulary.

For the first time tonight, her audience falls silent.

“Je suis désolée, Monsieur, mais nous n’avons pas de poisson aujourd’hui,” she says, throwing her hands in the air and shaking her head no.

The students just don’t get it. Their lifelong training in body language fails them as they struggle to make sense of the words.

Madame tries again.

“What would you say,” she asks the man at the end of the table, “if I came to you and said, ‘je suis désolée’ ? Her words are slow and sad, as if she is really, very, sorry.

The older gentleman looks up at her and fidgets with his bottle of beer.  He searches her face for a clue.  He blushes a little, but smiles.  Then, when the ten seconds of silence have become an unbearable eternity, he opens his mouth and — shrugging — asks, “Parlez-vous anglais?”

“Très bien!” Madame exclaims amidst the chorus of goodhearted laughter.  It’s not the response she was expecting, but it would certainly work in a pinch.

“Good answer,” she says. Then, with an almost American flair, “I love it!”

TRADUCTION A LA MELIE:

Apprendre le Français au dîner : quelle bonne idée

Hier, j’ai participé à un cours de Français organisé par le Los Monitos Language Center au restaurant Ghyslain. Je vous en dirai un peu plus plus tard. Pour l’instant, voici un petit avant-goût de ma partie préférée du cours.

« Nous savons comment commander un plat, » déclare Madame, ouvrant les bras comme si elle invitait ses élèves à entonner en chœur. Puis dressant le doigt énergiquement, elle baisse la voix. Simultanément, ses élèves se renversent sur leur siège pour écouter ce qui sera, ils en sont sûrs, un détail important.

« Rappelez-vous de la partie la plus importante de l’expression » conseille-t-elle.

« S’il vous plaît ! » clame le chœur.

Madame acquiesce, contente, puis tourne autour de la pièce sollicitant la phrase « Je voudrais du poisson s’il vous plaît. »

Les élèves répètent, avec différents degrés de succès, et certains commandent accidentellement du poison. Madame sourit, encourageant chacun, son oreille traînant pour attraper les notes positives dans l’océan de phrases timides. Puis, en atteignant le dernier élève, elle le prend par surprise.

« Et si votre serveuse répond : je suis désolée, mais … ? »

Elle courbe ses épaules théâtralement pour accentuer le sens de ce nouveau vocabulaire.

Pour la première fois de la soirée, son audience se tait.

“Je suis désolée, Monsieur, mais nous n’avons pas de poisson aujourd’hui,” dit-elle, agitant les mains en l’air et faisant non de la tête.

Les élèves ne saisissent pas. Leur expérience innée du langage corporel leur fait défaut alors qu’ils luttent pour donner un sens à ces mots.

Madame essaie à nouveau.

« Que diriez-vous, » demande-t-elle à l’homme assis au bout de la table, « si je venais vers vous et que je vous disais je suis désolée ? » Elle parle lentement et tristement, comme si elle était vraiment, vraiment désolée.

L’homme d’un certain âge lève la tête vers elle et agite sa bouteille de bière. Il cherche un indice sur son visage. Il rougit un peu mais sourit. Puis alors que les dix secondes de silence se transforment en une éternité insoutenable, il ouvre la bouche et haussant les épaules demande « Parlez-vous anglais ? »

« Très bien ! » s’exclame Madame au milieu du fou-rire général. Ce n’est pas la réponse qu’elle attendait, mais à la rigueur, ça pourrait marcher.

« Bonne réponse, » dit-elle. Puis, dans un style quasiment Américain, « I love it ! (j’adore NDLT) »

Advertisements

Leave a comment

Filed under Adventure, Culture, Food, Inspiration, Kentucky, Teaching, Unconventional Wisdom

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s