It’s not a mistake if you learn from it: 5 Normandy Beach tips

{Gratitude: East of Coleville-sur-Mer, direction Bayeux}

This morning as I write, rain pitter-patters on the glass of my Kentucky window; thunder rolls in not far away.  Despite the ominous weather, a little bird calls cheerfully from the oak just outside — a repetitive song I cannot identify, but which strikes me as one of the familiar comforts of my southern childhood. It’s a good morning to write, and as I escape the storm, I’ll travel back to Normandy to continue my travel-tips.  We left off in Caen, which is only a twenty-minute train ride from our hostel in Bayeux…

I should mention that you could easily spend a few weeks in Normandy and not see it all.  After the Caen Memorial day, we had one full day to explore the beaches, which only piqued our interest and made us wish we could stay longer.  We could have, in fact, if I hadn’t been so set on seeing the site of Joan of Arc’s martyrdom at Rouen, which — I hate to say it — was a somber, forgettable city when our eyes were still blazing with the beauty of the coastal area.  Next time I will spend the extra day at the beaches and skip Rouen, with its unseemly modern tribute to my beloved Jeanne d’Arc.

Now, five more brutally honest pointers…

1. For a good meal and a warm down-comforter, ignore what you might have heard about Family Home Hostel…unless you are on a romantic getaway, that is.  Bayeux is the place to stay if you want to profit from both the beaches and the advantages of a small town.  That said, Family Home is the only hostel in town, and it comes with some pretty harsh (although outdated) reviews.  Recently the place has been taken over by an Englishman named Ron, who politely demoted the owner from her administrative position and is in the process of fixing some of the problems — first and foremost the service.  We had been expecting a “hurried and rude” host and were more than pleasantly surprised by Ron’s chatty and accommodating welcome.  He gave us directions, tips, and a free pass to use the laundry machine, as well as inviting us to an all-you-can-eat dinner for 10 euros.  We breathed a sigh of relief with our stomachs full of delicious pasta, cheese, and fresh salad, which we enjoyed in the company of fellow Americans and Brits.

Of course, if you are looking for a great bed and breakfast and a little privacy, you have only to drive along the coastal road between Coleville-sur-Mer and Port-en-Bessin.  On our walk (which I’ll get to) we passed a number of adorable bed-and-breakfasts (“chambres d’hôtes”).  The utter lack of cheap chain hotels and restaurants along the immaculately preserved coast is astounding, and I’d have to say this must be one of the most romantic areas of France.

{B&Believe it or not: this charming place is a bed and breakfast}

2. It’s not advertised, but you can take the public bus from Bayeux to the beaches; just don’t expect a ride home. There are two buses a day that run from centre ville (Place St. Patrice) to the beaches, and the timing makes it clear that this transportation is meant for school kids.  You can catch it at either 7:30 am or 12:25 pm — when students are either going to school or home for lunch.  This also means that the only time to catch the bus back to Bayeux is around the time when school lets out, so you’d have to skip the closing ceremonies at the American Cemetery.  We took our chances and headed out to the beaches at noon, not knowing when or how we’d get back to Bayeux.  (I’d recommend noting the cab number.)  Compared to some of the tourist-specific options, the bus ride was a steal: around 4 euros each to get all the way to Pointe du Hoc.  It was a price we’d appreciate even more at the end of the day.  Once there, however, we were on our own to get to the other sites…

3. Hitchhiking 101: Target Americans and/or other tourists; Bonne chance with the locals.  From Pointe du Hoc Kevin and I set off for the Cemetery with Cheryl and Jeff, whom we had flagged down as they were exiting the parking lot. (Strategic move: catch them when they are rolling less than 20km/h.)  Friendly Chicagoans, they took pity on our blushing faces and drove us as far as their next site: the Omaha Beach Memorial.  We snapped a few pictures there and planned to come back later, the American Cemetery being our #1 priority.  Then we made the most time consuming rookie-move of the day: we hiked the road away from the beach and followed traffic signs toward the Cemetery.  Knowing what I know now, here are my words to the wise:

4. If you are on foot at Omaha Beach Memorial, take your shoes off and walk east in the sand toward the American Cemetery.  You’ll get there in less than half the time it would take to walk the inland road, and you can imagine the cliffs as the soldiers saw them on D-Day from this vantage point.  We had walked for half an hour on the breathtaking inland road before Cheryl and Jeff unexpectedly picked us up again, but if we had taken the beach we would have been there in 15 minutes.  (We realized this when we stood on the beach just below the Cemetery and could easily spot the Omaha Memorial, not far to the west.)

5. Perhaps the most important Normandy tip: Do NOT take a taxi after 7 pm.  Remember how I said we wanted to stay for the closing ceremonies at the American Cemetery?  Totally worth it.  Teary-eyed, Kevin and I had the honor of folding our American flag to the trumpeted accompaniment of Taps (Listen here).  We began the return trip toward Bayeux fueled by the natural high of our patriotic act.  An hour and a half down the road, however, the need for fuel in the form of food and drink became our hitchhiking companion.  As I mentioned in Tip #3, good luck trying to hitch a ride with locals!  Hunger replacing inhibition, Kevin stuck out his thumb at every passing car as I waved like a madwoman and tried my hand at a seductive smile.  Did I mention that the French don’t really smile at strangers?  Case in point: no luck hitching a ride on this country road!

At 8:30, we gave up and called a cab, hastening our stride nonetheless to avoid paying for ground we could still cover on foot in the meantime.  Thirty minutes later the taxi appeared, with its meter already registering 20 euros.  Asked whether he intended to restart the meter, the cabby responded that after seven at night not only does the rate double, but by French law they can charge you from the moment you call the cab, no matter where they are coming from to pick you up.

“At least it’s a nice cab,” I said to Kevin after translating the shocking news.

His eyes shot around at the television-sized GPS, the impeccable leather seats, and the Bose sound system.

“I can see why!” he exclaimed.

{We never got rained on, and isn’t that sky gorgeous?!)

TRADUCTION A LA MELIE:

5 conseils expérimentaux sur les plages de Normandie

Tandis que j’écris ce matin, la pluie fouette les vitres de ma fenêtre du Kentucky, le tonnerre gronde pas très loin. Malgré la météo menaçante, un petit oiseau appelle gaiement depuis le chêne juste dehors – un chant répétitif que je ne peux identifier, mais que je reconnais comme appartenant au confort familier de mon enfance sudiste. C’est une bonne matinée pour écrire, et m’échappant de l’orage, je retourne en Normandie pour continuer mes conseils de voyage. Nous nous sommes quittés à Caen, à 20 minutes en train de notre hôtel de Bayeux …

Je dois dire que l’on peut facilement passer plusieurs semaines en Normandie sans tout voir. Après la journée au Mémorial de Caen, nous avons passé un jour entier à explorer les plages, ce qui a juste attisé notre intérêt et nous a donné envie de rester plus longtemps. Nous aurions pu, en fait, si je n’avais été aussi déterminée à voir le site du martyr de Jeanne d’Arc à Rouen, qui est – je déteste dire cela – une ville maussade, sans intérêt, alors que nos yeux étaient toujours émerveillés par la beauté de la côte. La prochaine fois, je passerai cette journée supplémentaire sur les plages et éviterai Rouen, et son hommage à ma chère Jeanne d’Arc, d’un modernisme malséant.

Maintenant, cinq points plus franchement honnêtes …

1. Pour un bon repas et un édredon en plumes bien chaud, passez outre ce que vous avez pu entendre à propos du Family Home Hostel …à moins que nous ne soyez en escapade romantique, à vrai dire.  Bayeux est l’endroit où aller si vous voulez profiter à la fois des plages et des avantages d’une petite ville. Ceci dit, le Family Home est la seule auberge de jeunesse en ville et il reçoit des commentaires plutôt durs (mais aussi dépassés). Récemment, l’endroit a été repris par un anglais nommé Ron, qui a poliment destitué la propriétaire de son poste administratif, et qui a entamé le processus de suppression des problèmes, avant tout le service. Nous nous attendions à un hôte « pressé et grossier » et avons été plus qu’agréablement surpris par l’accueil familier et obligeant de Ron. Il nous a donné des instructions, des conseils, un accès libre à la machine à laver et nous a également proposé un dîner à volonté pour 10 euros. Nous avons poussé un soupir de soulagement, l’estomac rempli de pâtes délicieuses, de fromage, de salade fraîche dégustés en compagnie de camarades américains et britanniques.

Bien sûr, si vous recherchez une super chambre d’hôtes et un peu d’intimité, vous avez juste à continuer le long de la route côtière entre Coleville sur Mer et Port en Bessin. En chemin (je vais y venir), nous avons rencontré un grand nombre d’adorables chambres d’hôtes. Le manque total de chaines d’hôtels et restaurants à bas prix le long de la côte entièrement préservée est stupéfiant, et je dois dire que c’est certainement l’un des endroits les plus romantiques en France.

2. Ce n’est pas précisé, mais vous pouvez prendre le bus régulier de Bayeux jusqu’aux plages, mais ne comptez pas sur le retour. Il y a deux bus par jour au départ du centre ville (Place Saint Patrice) vers les plages, et l’horaire indique clairement que ce transport est destiné aux écoliers. Vous pouvez le prendre soit à 7h30, soit à 12h25 – quand les enfants vont à l’école le matin ou rentrent déjeuner à midi. Cela signifie également que le seul moment pour attraper le bus pour revenir à Bayeux est aux alentours de l’heure de la sortie de l’école, ce qui vous oblige à manquer les cérémonies de clôture du cimetière américain. Nous avons tenté notre chance et nous sommes dirigés vers les plages à midi, sans savoir quand et comment nous reviendrions à Bayeux. (Je vous conseille de noter le téléphone d’un taxi). Comparé à d’autres options dédiées aux touristes, le trajet en bus était du vol : environs 4 euros par personne jusqu’à la Pointe du Hoc. C’est un prix dont nous apprécierons la valeur à la fin de la journée. Une fois là bas, cependant, nous devons nous débrouiller pour nous rendre sur les autres sites …

3. Autostop pour les Nuls: Ciblez des Américains et/ou autres touristes ; Bonne chance avec les indigènes. Entre la pointe du Hoc et le cimetière, Kevin et moi avons pris la route avec Cheryl et Jeff, que nous avons attrapés alors qu’ils sortaient juste du parking (Opération stratégique : arrêtez les quand ils roulent à moins de 20km/h). Originaires de Chicago et très sympas, ils ont eu pitié de nos joues rouges et nous ont conduit jusqu’à leur étape suivante : le Mémorial d’Omaha Beach. Là-bas, nous avons pris quelques photos et prévu de revenir plus tard, le Cimetière Américain restant notre priorité numéro 1. Puis nous avons occupé un bon moment de la journée à ce mouvement de débutant : nous avons pris la route partant de la plage et avons suivi les panneaux indicateurs jusqu’au Cimetière. Sachant ce que je sais maintenant, voici mes conseils avisés :

4. Si vous êtes à pied au Mémorial d’Omaha Beach, enlevez vos chaussures et marchez dans le sable vers l’Est en direction du Cimetière Américain. Vous y serez en deux fois moins de temps que par la route intérieure et depuis ce terrain avantageux vous pourrez imaginer les falaises telles que les soldats les voyaient pour le débarquement. Nous avons marché pendant une demi-heure, à bout de souffle sur la route intérieure avant que Cheryl et Jeff nous prennent à nouveau contre toute attente, mais si nous avions pris par la plage, nous y serions arrivés en un quart d’heure. (Nous avons réalisé cela une fois sur la plage à côté du Cimetière d’où nous pouvions facilement distinguer le Mémorial d’Omaha, pas très loin vers l’Ouest).

5. Peut être le conseil le plus important sur la Normandie : ne prenez pas de taxi après 19h. Vous vous rappelez que j’avais dit que nous voulions rester pour la cérémonie de clôture du Cimetière Américain ? Ca vaut vraiment le coup. Les larmes aux yeux, Kevin et moi avons eu l’honneur de plier le drapeau Américain accompagnés par la trompette de la sonnerie aux morts (écoutez ici). Nous avons entamé le retour vers Bayeux nourris par la grandeur naturelle de notre acte patriotique. Après une heure et demie de marche, cependant, le besoin de faire le plein de nourriture et de boisson est devenu notre compagnon de route. Comme je l’ai indiqué dans mon conseil n°3, bonne chance pour être pris en stop par les gens du coin ! La faim remplaçant nos inhibitions, Kevin levait le pouce à chaque voiture qui passait pendant que je titubais comme une folle en m’essayant à un sourire séducteur. Est-ce que j’ai déjà précisé que les Français ne sourient pas vraiment aux étrangers ? En tout cas : aucune chance d’être pris en stop sur cette route de campagne !

A 20h30, nous avons déclaré forfait et appelé un taxi, en accélérant néanmoins le pas pour éviter de payer le trajet que nous pouvions parcourir pendant ce temps. Après une demi-heure le taxi a fait son apparition, le compteur affichant déjà 20 euros. Quand nous lui avons demandé s’il avait l’intention de remettre le compteur à zéro, le chauffeur nous a répondu qu’après 19h, non seulement le tarif doublait, mais légalement il pouvait aussi démarrer le compteur à partir du moment où vous appelez le taxi, peu importe d’où il part pour venir vous chercher.

« Au moins, c’est un beau taxi » ai-je déclaré à Kevin après lui avoir traduit la scandaleuse nouvelle.

Ses yeux ont parcouru l écran GPS de la taille d’une télévision, les sièges en cuir impeccables et la sono Bose.

« Je comprends pourquoi ! » s’est-il exclamé .

Advertisements

4 Comments

Filed under Adventure, Culture, Inspiration, Normandy, Travel, Unconventional Wisdom

4 responses to “It’s not a mistake if you learn from it: 5 Normandy Beach tips

  1. Love your writing and the information you provide will come in handy for me before too long. Thanks for sharing.

  2. I love what you shared, Emily. I am going to Bayeux at the end of this month and i am going to stay in the Family Hostel as well. But their telephone seems no working. Do you happen to know how to contact them to make a reservation? Sorry to be so intruding..just thought that i might have some luck^.^

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s