“An open cube. A window on the world. A temporary stopping point on the avenue. With one eye on the future.” — Otto von Spreckelson

“Everything is so big!” Kevin reaches in his pocket and pulls out his iPhone, tapping on his new panoramic photo application.  It’s his first day in France and already he’s figured out that perhaps we Americans learned about excess in part from our  French cousins.  “Why did they build the Grand Palais?” he asks as he swivels from one corner to the other with his phone in the air.  I flip through our guidebook and confirm my suspicion: “For the 1900 World’s Fair.”  Case in point.

Some of the most ostentatious monuments of Paris were built for these Universal Exhibitions — basically, “the city is my art gallery” — including the Trocadero and the Eiffel Tower.  Showing off their artistic and scientific creativity in the 19th and 20th centuries seemed to be a French pastime, even if the monuments weren’t necessarily constructed to serve a set purpose…

Each time I visit Paris the City of Lights affects me in a different way, even more so when I am there with someone who is seeing it for the first time.  My latest trip with Kevin was as eye-opening for me as it was for him, I am sure, even though I knew my way around a bit better!

Kevin and I have been planning a bit of a Tour de France for a few months now, and thanks to my Mom and Dad, who helped plan and literally get him over here (Mom was his flight attendant on the trip over, so he was pretty spoiled!) we made it from the north part of the country (Normandy) all the way down to the Mediterranean Sea (La Camargue) with three days in Paris to begin.

{Merci, Mom, for all you’ve done!}

Here are some things I learned/travel tips from our days in Paris:

1. The Mona Lisa is small but mighty: she commands long lines at the door, but you don’t have to wait in them. I may be breaking the circle of trust between Parisians and their select few “outsider” friends, so I won’t betray the source of the following secret, only the secret itself.  This is the jewel of my last visit to Paris, and will make the difference between “I wanted to see the Mona Lisa but the line was wrapped three times around the Louvre’s pyramid and all the way down the Champs Elysee so I didn’t” and, “I walked up to the Louvre, went in and saw the Mona Lisa, took a stroll around some other galleries, then leisurely decided to go have coffee at Place de la Concorde.”

Are you with me? Here it is: As you are approaching the Louvre from the Tuilleries/Concorde there is a rather famous mini version of the Arc de Triomphe (called the Arc de Triomphe du Carrousel), just in line with the pyramid of the Louvre.  Let’s imagine you are standing under its arch, gawking at the perpetually ridiculous line streaming from the Louvre’s pyramid entrance, not knowing that you are in fact standing within a stone’s throw of the secret door.  So stop looking at the perpetually ridiculous line streaming from the pyramid entrance and pivot right about 90 degrees.  Do you see the foot high wall that seems to be serving no purpose over there on the west side of the Arc?  As you approach, you will notice that this unmarked wall opens to reveal an unmarked staircase descending into the ground.  You are, of course, advised to continue down the stairs and into…drum roll please…the Louvre.  This special staircase leads right to the underground shopping center within the museum, which in fact is only a 2.5 minute walk to the underside of the pyramid, where — oddly enough — there is no line to any of the ticket booths (so why the line outside the Louvre? It’s still a mystery to me).  We walked right up, bought our tickets (reduced with a student I.D., free with a French social security card) and found la petite Mona Lisa herself in all of 20 minutes.  If you don’t think that is amazing, you must never have been to Paris — or waited in a long line for that matter — but seriously, standing in front of the Mona Lisa without having to wait in line is completely unheard of.

{An “Insider’s” View from the Louvre}

2. You should visit the replica of the Statue of Liberty, which is a little bit exiled on the Ile aux Cygnes (Swan Island) in the 15th arrondissement but really only a short walk along the Seine from the Eiffel Tower.  Remember that the real Statue of Liberty in NYC was given as a gift to the United States from the people of France in 1886.  In fact, the sculptor, Frederic Bartholdi, is said to have been inspired by a generous law professor and politician who declared that “any monument raised to American independence would properly be a joint project of the French and American peoples.”  It is fitting, therefore, to pay a visit to the one-fifth scale replica, which stands in the middle of the Seine and faces west, toward its larger version in New York.  In addition to the date of July 4, 1776 (The signing of the Declaration of Independence) Paris’ replica bears an additional date on her tablet: July 14, 1789 (The storming of the Bastille).   It is in considering these two dates that one can fully understand the meaning of the “propriety” of a joint project glorifying independence.  It was those revolutionary Yankees, after all, who inspired the French to revolt.

{Eyes on America}

3.  If there is one thing that could put Paris’ tourists on the endangered species list, it would be Paris’ waiters.  Honestly! Judging by their nasty attitudes, it’s as if Parisian waiters think you’re there to serve them, and they are highly peeved that you aren’t!  Near Notre Dame on the one beautiful day I was able to spend with my mom, we encountered a particularly sarcastic waiter, who smiled mockingly as I ordered in French, and then labored over his own words as if I didn’t understand.  Karma was on my side when I knocked over a glass with my cell phone and got to smugly watch him clean up the broken pieces.  He was no exception to the rule of rotten waiters I have experienced in Paris, and I am not ashamed to complain because I have an ulterior motive.  That motive is to encourage you not to be intimidated by these Parisian institutions, and just to go with the flow, knowing that in the end you get to see all the beautiful sites while they only get to see their own nasty kind every day. (Sort of makes you feel sorry for them, right?)

4. If you are younger than 26 and it’s a Saturday or a Sunday, buy a Jeune day pass for the metro.  It’s 3 euro 20 or something like that (compared to 1 euro 70 for a single-trip ticket) and you can use it on the metro, the RER, and the bus, all over Paris.  Don’t say you’re going to foot it.  Buy the pass.  You’ll still foot it much more than is humanly necessary in a single day and your feet will still throb, but you will have seen oh-so-much more.

5.  In the words of the 19th century French realist Stendhal, “but I don’t dare speak of Paris, where I have lived for more than twenty years.  To know it is the work of a lifetime.”  I’ve never lived in Paris, and I don’t know that I ever will, but I fell in love with it a little this time (before, I’ll admit, I was just intimidated).  As I said, something about being there with Kevin, who had never seen France before, made me feel attached to its huge monuments and bustling streets, its crammed metros and yes, even its snobby waiters.  I felt proud of it all, as if  I had claimed some element of it as my own and had a right to flaunt it.  This is my garden, the Jardin de Luxembourg.  Notre Dame is my church and that river running beside it, it’s the Seine, as in Chatillon-sur-Seine, as in, the same river that runs beside Nicolas’ apartment in Burgundy.  Burgundy, whose glorious capitol is Dijon, where I’ve stored up thousands of memories in and around the first apartment of my own.  I said it just like that, too.  Looking over the bridge at the rushing Seine, I followed it in my mind back to Burgundy, which I have in fact claimed as my own.

{Thanks to Kevin, for sharing his pictures!}

P.S. The quotation I used as a title is one from the Danish architect who designed the Grande Arche in Paris.  Not to be confused with the Arc de Triomphe, this modern arch was completed in 1989 and was nonetheless inspired by the original, which can be seen from its terrace.

TRADUCTION A LA MELIE:

“Un cube ouvert. Une fenêtre sur le monde. Un arrêt provisoire sur l’avenue. Avec un œil sur le futur” – Otto von Spreckelson

« Tout est si grand ! » Kevin plonge la main dans sa poche et en sort son Iphone, tapotant sur sa nouvelle application photo panoramique. C’est son premier jour en France et il réalise déjà que nous, Américains, avons peut être appris l’excès en partie auprès de nos cousins Français. « Pourquoi ont-ils construit le Grand Palais ? » demande-t-il en pivotant d’un angle à un autre, brandissant son téléphone. Je feuillette notre guide et lui confirme mes soupçons : « Pour l’Exposition Universelle de 1900 » Classique.

Quelques uns des monuments les plus ostentatoires de Paris – y compris le Trocadéro et la Tour Eiffel – ont été construits pour cette Exposition Universelle – principe de base, « ma ville est ma galerie d’art ». Exhiber sa créativité artistique et scientifique aux 19ème et 20ème siècles semblait être un passe temps français, même si les monuments n’étaient pas nécessairement construits pour servir un tel dessein…

A chaque fois que je visite Paris, la Ville des Lumières me touche de manière différente, et encore plus quand j’y suis avec quelqu’un qui la découvre pour la première fois. Mon dernier voyage avec Kevin m’a ouvert les yeux autant qu’à lui, j’en suis sûre, même si je savais un peu mieux où j’allais !

Kevin et moi avions prévu ce petit tour de France il y a quelques mois déjà, et grâce à Papa et Maman, qui nous ont aidés dans les préparatifs et l’ont littéralement emmené jusqu’ici (Maman était hôtesse sur son vol, il a donc été plutôt gâté !) nous l’avons donc fait, du nord du pays (Normandie) jusqu’en bas au bord de la Mer Méditerranée (La Camargue) en commençant par trois jours à Paris.

Voici quelques trucs que j’ai appris / conseils de voyage sur nos quelques jours à Paris.

1. La Joconde est petite mais puissante : elle provoque les longues files d’attente devant la porte, mais vous n’avez pas besoin de faire la queue pour autant. Je vais peut être rompre le pacte de confiance entre les parisiens et leurs quelques rares amis profanes, je ne dévoilerai donc pas la source du secret suivant, seulement le secret lui-même. C’est le clou de ma dernière visite à Paris et fait toute la différence entre « Je voulais voir la Joconde mais la file d’attente faisait trois fois le tour de la Pyramide du Louvre et toute la descente des Champs Elysées, donc je ne l’ai pas vue » et « Je suis allée au Louvre, je suis entrée, j’ai vu la Joconde, fait un tour dans les autres galeries et j’ai tranquillement décidé d’aller boire un café Place de la Concorde. »

Vous y êtes ? voilà : en approchant du Louvre depuis les Tuileries/La Concorde il y a une version miniature plutôt célèbre de l’Arc de Triomphe (appelé l’Arc de Triomphe du Carrousel), aligné avec la Pyramide du Louvre. Imaginez que vous vous tenez sous cette arche, bouche bée devant cette ridicule file d’attente s’échappant en permanence de l’entrée de la Pyramide, sans savoir qu’en fait vous vous tenez à un jet de pierre de la porte secrète. Donc arrêtez de regarder cette ridicule file d’attente s’échappant en permanence de l’entrée de la Pyramide et pivotez de tout juste 90 degrés. Voyez-vous ce mur de 30cm qui semble sans aucune utilité juste à l’ouest de l’Arc ? En approchant, vous noterez que ce muret anonyme révèle un escalier anonyme descendant dans le sol. Je vous conseille bien sûr, de descendre cet escalier et d’accéder … roulement de tambour s’il vous plait … au Louvre. Cet escalier spécial mène directement à la galerie marchande du sous sol du musée, située en fait à seulement deux minutes et demie du dessous de la pyramide – et où, assez étrange, il n’y aucune file d’attente aux guichets (alors pourquoi ces files à l’extérieur du Louvre ? cela reste pour moi un mystère). Nous avons donc marché tout droit, acheté nos tickets (tarif réduit avec la carte d’étudiant, gratuite avec une carte de sécurité sociale française) et trouvé la petite Mona Lisa en personne en 20 minutes. Si vous ne trouvez pas ça incroyable, c’est que vous n’êtes jamais allés à Paris – ou n’avez jamais attendu dans une longue file pour cela – mais sérieusement, se tenir en face de la Joconde sans avoir à faire la queue est complètement inouï.

2. Il faut visiter la réplique de la Statue de la Liberté, un peu exilée sur l’Ile aux Cygnes dans le 15ème arrondissement, mais à deux pas de la Tour Eiffel en longeant la Seine. Souvenez-vous que la vraie Statue de la Liberté à New York fut offerte aux Etats-Unis par le peuple Français en 1886. En fait, on raconte que le sculpteur Frédéric Bartholdi fut inspiré par un généreux professeur de droit et politicien ayant déclaré que « tout monument érigé en l’honneur de l’indépendance américaine serait en toute légitimité un projet commun entre les peuples Français et Américains ». Il convient donc, de rendre visite à la réplique au 1/5eme, dressée au milieu de la Seine face à l’Ouest en direction de sa version grande taille à New York. En plus de la date du 4 juillet 1776 (signature de la Déclaration d’Indépendance) la réplique parisienne porte la date du 14 juillet 1789 (Prise de la Bastille). C’est en considérant ces deux dates que l’on peut pleinement comprendre la « légitimité » d’un projet commun à la gloire de l’indépendance. Ce sont ces yankees révolutionnaires, après tout, qui ont inspiré la révolte des Français.

3. S’il existe une chose capable de placer les touristes parisiens sur la liste des espèces menacées, ce sont les serveurs parisiens. Sincèrement ! A en juger par leur attitude désagréable, c’est comme si les serveurs parisiens pensaient que vous êtes là pour les servir eux, et ils sont très fâchés que ce ne soit pas le cas ! Près de Notre Dame, en ce jour magnifique que j’ai pu passer avec ma maman, nous avons affronté un serveur particulièrement sarcastique, souriant moqueusement alors que je commandais en français et détachant ensuite nettement ses propres mots comme si je ne comprenais pas. Mais le destin était avec moi lorsque je fis tomber mon verre avec mon téléphone et que je pus le regarder ramasser les morceaux d’un air suffisant. Il ne faisait pas exception à la règle des serveurs infects que j’ai expérimentés à Paris, et je n’ai pas honte de me plaindre parce que j’ai une arrière-pensée. Cette arrière-pensée est de vous encourager, vous, à ne pas vous laisser intimider par ces institutions parisiennes, et à juste vous laisser porter, en sachant qu’en fin de compte, vous allez découvrir tous ces sites magnifiques alors qu’ils ne verront que leurs vilains congénères tous les jours. (un moyen de vous sentir désolés pour eux, non ?)

4. Si vous avez moins de 26 ans, et que vous êtes un Samedi ou un Dimanche, achetez un pass journée Jeune pour le métro. Cela coûte 3.20 euros ou quelque chose comme ça (au lieu d’1.70 euros pour un trajet simple) et vous pouvez l’utiliser dans le métro, le RER et le bus dans tout Paris. Ne dites pas que vous allez marcher. Achetez le pass. De toute façon vous marcherez plus qu’il est humainement nécessaire de le faire en une seule journée et vos pieds chaufferont quand même, mais vous aurez vu bien, bien plus de choses.

5. Avec les mots de Stendhal, auteur réaliste du 19ème siècle « mais je n’ose pas parler de Paris, où j’ai vécu pendant plus de 20 ans. La connaître est le travail de toute une vie » Je n’ai jamais vécu à Paris, et je ne sais pas si j’y vivrai un jour, mais j’en suis un peu tombée amoureuse cette fois-ci (avant, je l’admets, j’étais seulement intimidée). Comme je l’ai dit, quelque chose dans le fait d’être là avec Kevin, qui n’avait jamais vu la France auparavant, m’a fait sentir mon attachement à ses immenses monuments et ses rues animées, ses métros bondés et oui, même à ses serveurs snobs. J’ai le droit d’en faire l’affiche. C’est mon jardin, le Jardin du Luxembourg. Notre-Dame est mon église et cette rivière qui court derrière, c’est la Seine, comme à Châtillon sur Seine, comme cette même rivière qui court le long de l’appartement de Nicolas en Bourgogne. La Bourgogne, dont la glorieuse capitale est Dijon, où j’ai emmagasiné des milliers de souvenirs à l’intérieur et autour de mon premier appartement à moi. Je dis ça juste comme ça. En contemplant la Seine couler sous le pont, je la suis dans ma tête jusqu’en Bourgogne, que je revendique en fait comme la mienne.

PS : la citation utilisée dans le titre est de l’architecte danois qui a conçu la Grande Arche à Paris. A ne pas confondre avec l’Arc de Triomphe, cette arche moderne fut achevée en 1989 est néanmoins inspirée par l’original que l’on peut contempler depuis sa

Advertisements

5 Comments

Filed under Adventure, Art, Cool Characters, Culture, Paris, Travel

5 responses to ““An open cube. A window on the world. A temporary stopping point on the avenue. With one eye on the future.” — Otto von Spreckelson

  1. Merci beaucoup pour le “secret”
    D

  2. J. Forsberg Meyer

    Wow, Emily…just had a moment to read this post and it makes me want to BE in Paris, seriously. Your fondness for it plus your superb tips are highly motivating. I’ll be sure Sophie’s tour group takes note!

  3. J. Forsberg Meyer

    And, by the way, though it needn’t even be said…GREAT PHOTO of you and your mom. Tres belle!

  4. Hi, I have really enjoyed reading your posts. My husband and I have visited France many times. You have captured the essence of Paris. I must say that the only thing we have never experienced was a rude waiter, I think we must be lucky. I luck forward to your future writings.

  5. Pingback: What’s in a name? | EmilyintheGlass

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s