Monthly Archives: April 2011

“How many roads?” Easter 2011 in numbers

23 of us packed like sardines around the Easter table:
6 women
6 men
11 nieces and nephews
12 hard-boiled eggs
3 tubes of food coloring
1000 chocolate eggs
1 Easter Vigil
1 bonfire
30 baguettes (10 per day)
1 loaf of cornbread (someone had to bring something American — and it wasn’t myself!)
3 bottles of Champagne
1 Tarte Tatin a la Emily
2 thunderstorms
3 runners; 1 post-feast run
AND
(at least) 1 tummy ache

2 Comments

Filed under Cool Characters

Inadequate words for an extraordinary school year

Maybe I just need some time to sort through the emotions, I told myself as justification for the complete lack of closing reflection on my teaching experience. In the days that have followed my last day at school I have thought a lot about my students, about teaching, about goodbyes.  But I have not written a single word.  As if my thoughts on the matter have been in the same limbo with my application for a renewal of contract.  I don’t know what to think because I don’t know if I will ever see “my” students again, at least not as their teacher.  I don’t know whether the “see you soon’s” I repeated last week were promises I can keep or merely euphemistic avoidance of the implications of “goodbye.”

I don’t know how my initial “rookie’s impatience” gave way to a genuine love for the job, and the desire to continue teaching English, when at first the prospect of the assistantship meant little more to me than a 7-month ticket to France.

But it did.  And I couldn’t help thinking about this “gray” post as I remembered the arms of the same little Laurine wound tightly around my waist when I left school last Thursday.

“Don’t go! Don’t abandon us!” she said dramatically, shaking her olive head and squeezing me even tighter.  “Oh, please staaaay,” she sang.  She batted her eyelashes as if fighting back tears — comic relief.

I was a little embarrassed as I grabbed  her arms and looked helplessly at the growing group of students that had formed around me.  “We will see you again, next year?” one of them asked, seeking confirmation.

“Yes, when will you come back?” another added.

I reminded them that I wouldn’t know until summertime, but that I was doing my best to come back for another year.

“See you soon,” I repeated, in English, especially in response to several rather pitiful goodbyes.

Finally I tore myself away, saying I would miss my train if I didn’t get going — which was true: I had already missed one.

With a smile I took a mental picture of what will probably remain the most vivid scene in my memory of that day: hands waving in unison under a pink cherry tree.

You see why it has been hard to find the words to write.  Even this little description seems so inadequate to me. Furthermore, it sounds proud to say I had a sending-off party; am I tooting my own horn?

Perhaps with children relationships are easier, simpler.  Love flows more freely, attachment comes more swiftly.  I know that it’s not necessarily a reflection of my teaching skills to say that I was well-liked.  On the contrary, perhaps it was my lack of skill, my overt amateur status that won them over.  I was “trying to speak French like they were trying to speak English,” remember.  In my classroom the kids were always allowed to correct my faults, exasperating as they might be at times.  And we laughed together as we learned together.

It was magical.  I hope I can do it again.

TRADUCTION A LA MELIE:

Des mots insuffisants pour une année extraordinaire.

J’ai peut-être seulement besoin de faire le tri dans mes émotions me suis-je dit pour justifier l’absence de conclusion à mon expérience pédagogique. Dans les jours qui ont suivi mon dernier jour d’école, j’ai beaucoup pensé à mes élèves, à l’enseignement, aux au-revoir. Mais je n’ai pas écrit un seul mot. Comme si mes pensées sur la question planaient dans les mêmes limbes que ma demande de renouvellement de contrat. Je ne sais pas quoi penser parce que je ne sais pas si je reverrai « mes » élèves, même sans être leur enseignante. Je ne sais pas si le « à bientôt » que j’ai répété la semaine dernière est une promesse que je pourrai tenir ou simplement un euphémisme pour éviter l’implication d’un « au-revoir ».

Je ne sais pas comment mon « impatience du débutant » des premiers jours a laissé la place à un réel amour de mon travail, et au désir de continuer à enseigner l’anglais, alors qu’au début la perspective d’être assistante signifiait pour moi à peine plus qu’un simple visa de sept mois pour la France.

Mais c’est arrivé. Et je ne peux pas m’empêcher de penser à ce post « gris » en me rappelant les bras de cette même petite Laurine me serrant fort quand j’ai quitté l’école jeudi dernier.

« Ne pars pas ! ne nous abandonne pas ! » disait-elle théâtralement, secouant sa tête ronde et me serrant encore plus fort. « S’il te plait reeesste » chantait-elle. Elle battait des paupières comme si elle retenait ses larmes – comique.

J’étais un peu embarrassée en détachant ses bras et en jetant un regard impuissant au groupe de plus en plus important d’élèves  se formant autour de moi. « Nous te reverrons l’année prochaine ? » m’a demandé l’un d’entre eux, attendant une confirmation.

« Oui, tu reviens quand ? » a ajouté un autre.

Je leur ai rappelé que je ne le saurai pas avant cet été, mais que je faisais tout mon possible pour revenir une année de plus.

« A bientôt » leur ai-je répété en anglais, en réponse particulière à plusieurs « goodbyes » plutôt pitoyables.

Finalement je me suis décidée à partir, déclarant que je risquais de manquer mon train si je n’y allais pas – ce qui était vrai, j’en avais déjà loupé un.

En souriant, j’ai pris une photo dans ma tête de ce qui restera certainement le souvenir le plus marquant de cette journée : des mains s’agitant à l’unisson sous un cerisier rose.

Vous voyez pourquoi cela a été difficile de trouver des mots à écrire. Même cette petite description me semble inappropriée. Et même plus, cela parait prétentieux de dire que j’ai eu une fête d’adieu, est-ce que je chante mes propres louanges ?

Les relations avec les enfants sont peut-être plus faciles, plus simples. L’amour s’écoule plus librement, l’attachement se fait plus rapidement. Je sais que ce n’est pas forcément grâce à mes compétences pédagogiques que j’ai été appréciée. Au contraire, c’est peut être mon manque de compétence, mon statut d’amateur non dissimulé qui les a conquis. « J’essaie de parler Français comme ils essaient de parler Anglais », souvenez-vous. Dans ma classe, les enfants avaient toujours le droit de corriger mes fautes, même si cela pouvait parfois être exaspérant. Et nous riions ensemble en apprenant ensemble.

C’était magique. J’espère pouvoir recommencer.

8 Comments

Filed under Gratitude, Miscellaneous, Teaching

Gombault’s Caustic Balsam, and other uses for spring flowers

Finally! Photogenic France has reemerged from winter’s abyss!  These days, instead of searching for images to accompany my words I find myself searching for words to accompany these images.

Yesterday some clouds rolled in over the colza fields surrounding Chatillon and in late afternoon Nico and I took off on the motorcycle in search of postcard material. It’s not as obvious as it may seem, even with millions of little yellow flowers hugging every other hill and creating a veritable spring patchwork quilt of the countryside.  At 6:00 the sun was still a bit high in the sky and in places the light was too harsh for a photo op.  We followed the clouds and the sun’s slanted beams a bit outside of Chatillon, then climbed up this little hill for a good vantage point.

As we returned home, the light became increasingly dramatic and I regretted not starting out a little later to begin with.  But, it was l’heure de l’apéro, so with stomach grumbling I resisted the urge to have Nico pull over one more time.  There will be other evenings.

Colza is an amazing little flower, with various and sometimes bizarre uses.  In France it is heavily cultivated for its oil, which is very closely related to rapeseed oil.  Before coal gas or kerosene, colza oil was used to illuminate houses and railway coaches.  Because it was burned in a Carcel lamp (in the 1800’s) it became part of the 19th century French national standard for illumination — the carcel.

Colza oil also has medicinal purposes and was used to make Gombault’s Caustic Balsam, a liniment “for man and beast” that was once popularly used on horses and humans.

How about this for a bizarre advantage — because colza oil modifies the surface tension of water, it has been employed in rescue and recovery operations to “calm choppy seas.”

Probably the most well-known applications, however, remain as lubricant to machinery and, more recently, as an ingredient for biodiesel fuels.

Interesting, no?  And to think that my favorite use is its photographic appeal!

Image credit: (Gombault’s Caustic Balsam) Google images; Works Cited: Wikipedia

TRADUCTION A LA MELIE:

Le baume caustique Gombaut et autres usages des fleurs de printemps

Enfin ! La France photogénique a émergé des abysses de l’hiver ! Ces derniers jours, au lieu de chercher des images pour accompagner mes mots, je me suis surprise à chercher des mots pour accompagner ces images.

Hier quelques nuages roulaient dans le ciel au dessus des champs de colza environnant Chatillon et en fin d’après-midi nous sommes partis à moto Nico et moi à la recherche d’images de carte postale. Ce n’est pas aussi évident que cela puisse paraître, même avec des millions de petites fleurs jaunes enlaçant une colline après l’autre et créant un véritable patchwork printanier couvrant la campagne. A 18h le soleil était toujours un peu trop haut dans le ciel et par endroits la lumière était trop violente pour prendre des photos. Nous avons suivi les nuages et les rayons plongeants du soleil un peu à l’extérieur de Chatillon puis avons grimpé cette petite colline pour avoir une perspective plus élevée.

En rentrant à la maison, la lumière est devenue très théâtrale et j’ai regretté que nous ne soyons pas sortis plus tard. Mais c’était l’heure de l’apéro et l’estomac gargouillant, j’ai résisté à l’envie de faire descendre Nico une fois de plus. Il y aura d’autres soirées.

Le colza est une petite fleur incroyable, possédant des vertus diverses et parfois bizarres. Il est largement cultivé en France pour son huile, très proche de l’huile de navette. Avant l’apparition du gaz et du pétrole, l’huile de colza était utilisée pour éclairer les maisons et les gares. On la brulait dans une lampe Carcel (dans les années 1800) et a ainsi donné son nom au 19ème siècle à une unité de mesure lumineuse – le carcel.

L’huile de colza a également des vertus thérapeutiques et était utilisé dans la fabrication du baume caustique Gombault, un liniment « pour les hommes et les bêtes » autrefois utilisé couramment sur les chevaux et les hommes.

Et qu’en est-il de ce drôle d’avantage ? l’huile de colza modifie la tension de surface de l’eau et était utilisée dans les opérations de sauvetage et de recherche pour « calmer les mers agitées ».

Toutefois, l’utilisation certainement la plus connue reste en tant que lubrifiant pour moteurs et plus récemment comme ingrédients du biodiesel.

Intéressant non ? et dire que l’usage que je préfère est son côté photogénique !

4 Comments

Filed under Adventure, Chatillon-sur-Seine, Culture, Photography

Every child we educate is a soul won…a translation on the last day of school

I stumbled upon this poem today — my last day (this year anyway) as an English Assistant in Beaune.  Without waxing too poetic, (pun intended) I’ll pass the baton to the great French writer and human-rights activist Victor Hugo (1802 – 1885), who wrote the following after a visit to a French prison. Scroll down for my attempt at the translation.

Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne.
Quatre vingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne
Ne sont jamais allés à l’école une fois,
Et ne savent pas lire, et signent d’une croix.
C’est dans cette ombre-là qu’ils ont trouvé le crime.
L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme.
Où rampe la raison, l’honnêteté périt.

Dieu, le premier auteur de tout ce qu’on écrit,
A mis, sur cette terre où les hommes sont ivres,
Les ailes des esprits dans les pages des livres.
Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et peut
Planer là-haut où l’âme en liberté se meut.
L’école est sanctuaire autant que la chapelle.
L’alphabet que l’enfant avec son doigt épelle
Contient sous chaque lettre une vertu ; le coeur
S’éclaire doucement à cette humble lueur.
Donc au petit enfant donnez le petit livre.
Marchez, la lampe en main, pour qu’il puisse vous suivre.

La nuit produit l’erreur et l’erreur l’attentat.
Faute d’enseignement, on jette dans l’état
Des hommes animaux, têtes inachevées,
Tristes instincts qui vont les prunelles crevées,
Aveugles effrayants, au regard sépulcral,
Qui marchent à tâtons dans le monde moral.
Allumons les esprits, c’est notre loi première,
Et du suif le plus vil faisons une lumière.
L’intelligence veut être ouverte ici-bas ;
Le germe a droit d’éclore ; et qui ne pense pas
Ne vit pas. Ces voleurs avaient le droit de vivre.
Songeons-y bien, l’école en or change le cuivre,
Tandis que l’ignorance en plomb transforme l’or.

My translation:

Every child we educate is a man we gain.
Ninety thieves out of one hundred in prison
Never once went to school,
And don’t know how to read, or sign at the x.
It is in this shadow that they found crime.
Ignorance is the night that opens upon an abyss.
There reason creeps away and honesty perishes.

God, the first author of all that is written,
Put on this Earth of intoxicated men,
The wings of spirits in the pages of books.
Everyone who opens a book finds a wing with which he can
Glide up where free souls move.
The school is sanctuary as much as chapel.
The alphabet that the child with his finger spells
Contains virtue in each letter; the heart
Lights up gently at this humble glow.
So, to the little child, give the little book.
Walk, lamp in hand, so he can follow you.

Night produces error and error the assault.
A lack of good education means we bombard society
With animal-men, unfinished heads,
Sad instincts and deadened pupils,
Terrifying blind men with deathly gazes,
Who feel for their way in a moral world.
Let us illuminate the spirits, this is our first law.
And from the vilest tallow let us fashion a light.
The intellect longs to be open here below;
The sprout has a right to blossom; and he who does not think
Does not live.  The thieves had a right to live.
Bear in mind, the school of gold transforms copperware,
Whereas leaden ignorance transforms gold…

TRADUCTION A LA MELIE:

Chaque enfant qu’on enseigne est une âme qu’on gagne … une traduction sur le dernier jour d’école.

Je suis tombée aujourd’hui sur ce poème – mon dernier jour (du moins cette année) en tant qu’assistante d’anglais à Beaune. Sans vouloir être trop poétique (attention au jeu de mots) je passerai la main au grand auteur français et défenseur des droits de l’homme Victor Hugo (1802 – 1885), qui écrivit le poème suivant après une visite dans une prison. Descendez pour mon essai de traduction…

1 Comment

Filed under Gratitude, Inspiration, Teaching

My life in images: “Weekend of Love”

3 Comments

Filed under Adventure, Chatillon-sur-Seine, Cool Characters, Photography, Travel

“I hereby challenge thee, Turner” — Tarte Tatin

This weekend was a whirlwind, with my gal Nina and her fiancé Matt meeting me in Dijon from their little place in Digoin (Saone-et-Loire) and then making our way to Chatillon to spend the weekend on a double-date with Nico (“The Weekend of Love”).  Nina promised to bring some good recipes so we could spend a healthy amount of time in the kitchen when we weren’t out enjoying the gorgeous weather.  But before the festivities began, she posted a challenge on my wall.  The results were not too shabby, and still warm when Nina and Matt arrived. A terrific way to kick off a terrific weekend.

There are a few different stories detailing the history of the Tarte Tatin, but one thing is sure: this upside-down pie was born in Lamotte-Beuvron in 1898, at the Hotel Tatin.  The Tatin sisters, Stéphanie and Caroline, ran the hotel, with Stéphanie in charge of the cooking.  Some people say that this sister was particularly overworked one day when she left her apples cooking a bit too long in butter and sugar.  She smelled them burning and quickly threw a pie dough over the simmering apples, shoving the whole thing into the oven to cook the crust. After turning the contents of the pan over onto a platter, she served it to her guests as it was — to rave reviews!

Another story proposes that Stéphanie accidentally put a caramelised tarte in the oven upside down.  I think the first account seems more likely, don’t you?

Check out smitten kitchen for the official recipe…one word of advice: caramel is hard to achieve in a nonstick pan. After waiting an inordinate amount of time with no results, (sometimes you really do have to make the mistake to learn from it), I transferred the already hot butter and sugar to a stainless steel saucepan and in 30 seconds it was caramel.  Really, it does make a difference.  Then I poured it back into the original pan and continued as normal.

TRADUCTION A LA MELIE:

Je te défie ici même Turner – Tarte Tatin

Ce week-end est passé en trombe, avec ma copine Nina et son fiancé Matt venus me rendre visite à Dijon depuis leur petite ville de Digoin (Saône et Loire) et notre escapade à Chatillon pour passer le week end en double rendez-vous avec Nico (« le Week-end de l’Amour »). Nina avait promis d’apporter de bonnes recettes afin que nous passions un temps raisonnable en cuisine quand nous ne serions pas dehors en train de profiter de la météo radieuse. Mais avant le début des festivités, elle a posté un défi sur mon mur. Le résultat n’était pas trop minable et encore chaud à l’arrivée de Nina et Matt. Un moyen du tonnerre pour démarrer un week-end du tonnerre.

Il existe plusieurs histoires légèrement différentes racontant l’origine de la Tarte Tain, mais une chose est sûre, cette tarte à l’envers est née à Lamotte-Beuvron en 1898, à l’hôtel Tatin. Les Sœurs Tatin, Stéphanie et Caroline, dirigeaient l’hôtel, avec Stéphanie à la cuisine. Certains racontent qu’un jour cette sœur, particulièrement débordée laissa ses pommes cuire un peu trop longtemps dans le beurre et le sucre. Elle les sentit brûler et jeta rapidement une pâte à tarte sur les pommes frémissantes, glissant le tout dans le four afin de cuire la pâte. Après avoir retourné le contenu du moule sur un plat, elle le servit à ses hôtes tel quel – à la satisfaction générale !

Une autre histoire propose que Stéphanie aie accidentellement renversé une tarte caramélisée dans le four. Je pense que le premier récit semble plus probable non ?

Consultez le site smitten kitchen pour la recette officielle … un conseil : le caramel est très dur à réaliser dans un moule anti-adhésif. Après avoir attendu bien trop longtemps (parfois il faut vraiment faire les erreurs pour en tirer une leçon), j’ai transvasé le beurre et le sucre déjà chauds dans une casserole inox et ils se sont transformés en caramel en 30 secondes. Cela fait vraiment une différence. Puis je l’ai remis dans le moule d’origine et j’ai continué comme indiqué.

2 Comments

Filed under Chatillon-sur-Seine, Cool Characters, Culture, Dijon, Food, Inspiration, Just for laughs, Recipes/Cooking

The rules of growing up and being cool…and the rule of understanding

“It’s the perfect day to take pictures,” I say, heaving my camera-laden purse onto the couch.  I’d come prepared to propose a walk to the Botanical Gardens and excited to spend the beautiful evening outside with the boys.  “What do you say we take a walk?”

Emile answers by running up the stairs to find his camera. Lucien says he’ll go if he can ride his scooter.  Only Jules does not reply, walking instead to the open window and leaning out, as if by doing so he will disappear into the backyard.

“The blossoms are on the trees and the flowers are out and evening light is the best light for pictures,” I say all in one breath.  Jules, the oldest, is usually the easy one to persuade.

But tonight things are different.

When he turns around I see a look of determination on his face.  He hesitates to speak, but raises his shoulders in mock apathy.  I see him searching for something and holding back.

“Come on,” I chant, “It’ll be fun!”

“Yeah,” Emile chimes in.  “And if we wait till next week the flowers will be off the trees.”

Blossoms,” I correct, remembering my responsibility to expand the boys’ vocabulary. “But, good point. they’ll be gone.”

Jules shakes his head.  “You guys go without me,” he says finally.

I cross my arms and lean against the counter, raising an eyebrow. I’m determined too. But I don’t understand.  Jules always takes my side, always champions my ideas.

“We’re not going without you,” I smile, convinced I will be able to woo him.  He props his arms on the counter, rests his chin in his palms and sighs, as if once again he is holding back.

“Get your shoes, boys,” I say, making a show of grabbing my purse: I’m ready to go.  Jules doesn’t move.  He looks up at me without straightening. His brown eyes are almost sad, as if he regrets to hurt me but there is some secret obligation that he can’t ignore.

And then I get it.  He has considered the odds and weighed the consequences of possibly running into one of his lycee friends between here and the park.  He has imagined being caught speaking English with a girl his parents hired to speak English with them.  He has speculated about his reaction should a comrade give him a hard time.  And he has decided that it is not worth the risk.  He cannot go.

I give up the fight.  “Let’s just play here,” I say.

Sure, I’m disappointed — and all three of them know that.  But I’ve forgotten my desire to take pictures of flowers and blossoms.  My heart aches a little for the inevitable moment that I knew all along would come around one day.  I’m saddened by it, but I don’t hold it against Jules for not wanting to go, or even for the potential slight of his embarrassment to be seen in public with me.  High school’s not easy, I know that.

Still, I remember two years ago, when we played basketball in the backyard and Jules would demand my attention, saying, “Emily, watch this!” as he sunk the ball in the net.

Walking home, I feel empathy for all the mothers I’ve known and for the future mother in me.  This must be a taste of what it’s like to wake up one day and realize that the child has grown into a man and there’s nothing you can do but let go, I think.

I appreciate the fact that Jules, at 16, almost never uses the excuse of “homework” to avoid playing with his two younger brothers and me.  He still bounds down the stairs with a big smile on his face when I come in the door.  He helps me build up his youngest brother when Emile calls Lucien a “dummy.” (It’s a habit everyone but Emile is trying to break.)  He plays card games and basketball with us — and he cooks when I bring a recipe.

But he won’t go to the Botanical Gardens to take pictures with two amateur photographers and a brother on a scooter.  I guess, after all, I can’t complain.  Everyone has to grow up someday, even the sweet little boys who have added so much to my life in France.

TRADUCTION A LA MELIE:

Apprendre à grandir et rester cool … apprendre à comprendre

« C’est un jour idéal pour faire des photos » déclarai-je en saisissant le sac contenant mon appareil photo sur le canapé. J’étais venue en me préparant à proposer une promenade au jardin botanique et excitée à l’idée de passer cette magnifique soirée dehors avec les garçons. « Qu’est ce que vous en dites, on va se balader ? »

Emile a répondu en courant à l’étage chercher son appareil photo. Lucien a déclaré qu’il venait s’il pouvait prendre son scooter. Seul Jules n’a pas répondu, au lieu de cela il a marché vers la fenêtre et s’est penché, comme s’il allait ainsi disparaître dans le jardin.

« Les arbres sont en fleurs, les fleurs sont sorties, la lumière du soir est la meilleure pour les photos », dis-je d’un souffle. Jules, le plus vieux, est d’habitude le plus facile à convaincre.

Mais ce soir les choses sont différentes.

Quand il se retourne, je lis la détermination sur son visage. Il hésite à parler, mais hausse les épaules d’un faux air de dédain. Je vois qu’il cherche quelque chose et qu’il se retient.

« Allez » serinai-je, « on va bien s’amuser ! »

« Ouais » rajoute Emile. « Et si on attend la semaine prochaine, il n’y aura plus de fleurs (flowers) aux arbres ».

« Blossoms, » ai-je corrigé, me rappelant mon rôle d’accroître le vocabulaire des garçons. « Mais c’est vrai, elles seront parties. »

Jules secoue la tête. « Allez-y sans moi, vous, » dit-il finalement.

Je croise les bras et m’appuie sur le comptoir en levant les sourcils. Je suis déterminée aussi. Mais je ne comprends pas. Jules est toujours de mon côté, toujours champion de mes idées.

« On n’y va pas sans toi » dis-je en souriant, convaincue que je serai capable de le persuader. Il pose ses bras sur le comptoir, cale son menton dans ses mains et soupire, comme si une fois encore il se retenait.

« Mettez vos chaussures les garçons » dis-je, montrant l’exemple en attrapant mon sac : je suis prête. Jules ne bouge pas. Il me regarde sans me fixer. Ses yeux bruns sont plutôt tristes, comme s’il regrettait de me faire de la peine mais il y a une obligation cachée qu’il ne peut ignorer.

Puis je comprends. Il a envisagé les possibilités et pesé les conséquences d’une éventuelle rencontre avec un ses copains du lycée entre ici et le parc. Il s’est imaginé pris en train de parler anglais avec une fille embauchée par ses parents pour parler anglais avec eux. Il a spéculé sur sa réaction si jamais un camarade lui faisait passer un mauvais moment. Et il a décidé que ça ne valait pas le coup. Il ne peut pas y aller.

J’ai rendu les armes. “Jouons ici alors” déclarai-je.

Bien sûr, je suis déçue – et nous le savons tous les trois. Mais j’ai oublié mon désir de prendre des photos de parterres et d’arbres en fleurs. Mon cœur saigne un peu pour ce moment qui je l’ai toujours su devait arriver un jour. J’en suis attristée, mais je n’en veux pas à Jules de ne pas avoir voulu venir, ni même de l’affront potentiel de sa honte d’être vu en public avec moi. Ce n’est pas facile le lycée, je sais cela.

Pourtant, je me souviens il y a deux ans, quand nous jouions au basket dans le jardin et que Jules attirait mon attention en disant « Emily, regarde ça ! » en lançant le ballon dans le filet.

En rentrant chez moi, je ressens de l’empathie pour toutes les mères que j’ai connues et pour la future mère en moi. Cela doit être un avant goût de ce que tu dois ressentir quand tu te lèves un matin et que tu réalises que l’enfant est devenu un homme et que tu ne peux rien y faire, ai-je pensé.

J’apprécie le fait que Jules, à 16 ans, n’utilise jamais l’excuse des « devoirs » pour éviter de jouer avec ses deux jeunes frères et moi. Il dévale toujours les escaliers avec un grand sourire quand je franchis la porte. Il m’aide à soutenir son plus jeune frère quand Emile traite Lucien de « demeuré ». (C’est une habitude que tout le monde sauf Emile essaie de faire passer).

Il joue aux cartes et au basket avec nous – et il cuisine quand j’apporte une recette.

Mais il n’ira pas au jardin botanique prendre des photos avec deux photographes amateurs et un frère sur un scooter. Je crois après tout que je ne peux pas me plaindre. Tout le monde doit grandir un jour, même les si gentils garçons qui ont tant apporté à ma vie en France.

6 Comments

Filed under Cool Characters, Dijon, Gratitude, Laugh it off, Photography