Monthly Archives: March 2011

Stylish blogging: moving forward, skating in circles

“Style is the mind skating circles around itself as it moves forward” — Robert Frost

What is style? Ladies and Gentlemen, when I found out I had been awarded the “Stylish Blogger Award,” compliments of Nina (of Francey Pants fame) I promptly reached up to grab a pen from my dresser and start brainstorming the required “Seven Things” response, knocking over my Dijon Tap Water pitcher and spilling water very nearly all over my laptop, over my backpack and about three-fourths of the floor space in my apartment.  Instead of cursing, I yelled the French version of “ouch” (Aie!), grabbed the pitcher, and held it just under the edge of the table where the rest of the water was dripping onto the floor.  Excessive efforts went into sparing these few drops from hitting the ground as I took a big step toward my sink and reached with my free hand for the sponge, which I used to lap up the rest of the water before raising the pitcher above my head, envisioning a golden Oscar in its place and saying out loud, “I just won a Stylish Blogger Award, baby!”

That’s right. I. Am. Stylish.

As I mentioned above, the honor of winning this award demands that I share seven things about myself and then pass the award along.  This I will do, but not before thanking the lovely and stylish Nina for her sweet words of nomination and compliments on my writing, and for recognizing the beautiful silky lining in the fabulous wool coat I found during the soldes.  Fat kisses to you, Love.

And now, on with some things that may or may not be useful to know, but are nonetheless very “me.”

1. I have a bright red, silver-dollar birthmark on my chest that quite frequently goes mistaken for a rash. I never even notice it anymore and only correct people’s assumptions when they actually verbalize their concern. The only reason I thought of it now was because I was searching for odd and interesting things to share, which necessitated a full-body inventory.  To the best of my knowledge, this is my most atypical feature.  Cool side note: my dad has the same, exact birthmark in the same, exact place, so — as if such a mark were indispensable to guaranteeing the obvious — there could never be any mistake that I am my father’s daughter.

2. When I was twelve years old I started my own business teaching horseback riding lessons with my best friend Kate. We transformed the old stable on her farm into “Bluebird Barn” (named for all the bluebird boxes planted on fence posts on the premises), drafted a liability release form to protect us should any of our students fall off and die, or — I kid you not — be run over by wild farm machinery, put some shoes on the old work horse, and plastered advertisements in ice-cream shops all over town.  Don’t ask me why a dozen Louisville mothers trusted us with their children. I still ask myself the same question, at the same time I thank my lucky stars that the whole entrepreneurial endeavor turned our to be an actual success for several consecutive years!

3. …We also published a monthly newsletter. “The Bluebird Brigade” was sent by mail to all of our students’ parents and included articles about why horses are good for little girls’ souls, the pros and cons to owning your own horse versus riding our Old Popcorn, upcoming jump-painting parties on the farm, and what to do if your son or daughter were afraid to get back on after a fall.  I’m not sure how many people read it, although I am pretty sure I had an inkling a lot of parents didn’t, because I specifically remember writing a front-page article entitled “The Top Ten Reasons to Read the Bluebird Brigade.” Feisty little entrepreneur, huh?

4. I consider my Catholic Faith one of the greatest gifts my mother gave me. If I had to index the 5,434,598 blessings my mother has bestowed upon me, my faith would be right up there with the gift of life.  I’ll be the first to admit that I don’t live my faith as I should, that I have a thousand questions, that I sometimes downright despise certain “rules” I see as limitations.  But I can also say that knowing I could live my faith better inspires me to set my sights higher, that asking questions stimulates independent study, and that the occasional desire to rebel against authority leads to a deeper understanding of the reasons for that authority.  I’m fascinated by the works of brilliant artists and authors who over the centuries have battled with their own faith and still come to the conclusion that despite what the world says, God does exist and there is a certain order.  In a world that seems to glorify every man as his own god, I am refreshed by the fact that there are scientists and poets, doctors and lawyers who still believe with their whole hearts in something that they can’t touch and can’t prove.

5. If I’ve had a day that seems to have been unproductive, I force myself to think about mundane things I learned in the last 24 hours. My Uncle Hank always used to say, “What do you know, Emily?” …the mandatory response being, “More than yesterday!”  I attribute my weird habit to him every time I catch myself being grateful for things like learning how to slice red cabbage, or discovering a new wine, or using a colloquial French expression in the right context with the right timing and maybe only one or two stutters.

6. I carry around a hot water bottle like a Baptist carries his Bible. Okay, maybe not that extreme. But, at the beginning of winter I saw a red hot water bottle hanging in the window of a shop called “Vieillard” (The Old Person) and it called out to me as the little black dress must have called out to Coco Chanel.  I didn’t even compare prices, I just hopped right in and bought the thing, paying exactly twice as much as I would have if I bought one at the Monoprix down the street.  It has, however, proven to be an investment I will never regret.  Its uses are various and sundry and include pre-heating my sheets at night, soothing running soreness, keeping my hands above a frighteningly icy temperature, and serving as a portable lap-heater when I’m sitting on the sidelines of the occasional winter tennis match. That’s right, folks.  No shame.  None at all.  One last thing: I will have you know that my hot-water-bottle-evangelism has inspired Sarah* (*name has been altered to preserve reputation) to convert from her pre-hot water bottle days and follow in my [warm] footsteps.

7. I have a tendency to ramble. I need to work on that.

And now I will pass the award on to Fatimah of Forever Fatimah, a young woman I have never met but whose blog I follow because of her interesting perspective and her positive, life affirming quotations.  I especially love this post, about being grateful for what we have when most of the world has so much less than we do.

My stylish self, a couple years ago. Emily in the Glass of a horse trailer right before a trail ride with Aunt Lindsey. (Sporting Wal-Mart shades that fit over my regular glasses.)

 

TRADUCTION A LA MELIE:

Blogger avec style : aller de l’avant, tourner en rond.

« Le style, ce sont les tours et les détours de l’esprit alors même qu’il va de l’avant » – Robert Frost

Qu’est ce que le style ? Mesdames et messieurs, lorsque je l’ai découvert, j’ai reçu le « Stylish Blogger Award » décerné par Nina (du célèbre Francey Pants), j’ai vite levé le bras pour me saisir d’un crayon sur le buffet et commencer à me remuer les méninges pour trouver les « Sept choses » demandées, tout en bousculant ma carafe « Eau de Dijon » et en renversant l’eau quasiment sur mon ordinateur portable, sur mon sac à dos et sur à peu près les trois quarts du sol de mon appartement. Au lieu de me maudire, j’ai hurlé la version française du « ouch » (Aïe !), attrapé la carafe et je l’ai maintenue sous le bord de la table où le reste de l’eau gouttait par terre. Ces efforts excessifs ont épargné le sol d’être frappé par ces quelques gouttes pendant que je faisais le grand écart jusqu’à l’évier pour attraper l’éponge de ma main libre, que j’ai utilisée ensuite pour essuyer le reste de l’eau avant de brandir la carafe au dessus de ma tête, imaginant à sa place un Oscar en or et déclarant d’une voix forte « je viens de gagner un « Stylish Blogger Award », bébé ! ».

 

C’est vrai, J’ai. Du. Style.

Comme mentionné plus haut, l’honneur de recevoir cet récompense exige que je partage sept choses à propos de moi et qu’ensuite je passe le trophée. Je m’exécuterai donc, mais pas avant d’avoir remercié l’adorable et stylée Nina pour ses gentils mots de nomination et ses compliments sur mon écriture, et pour sa mention de la superbe doublure en soie du fabuleux manteau en laine que j’ai trouvé pendant les soldes. Enormes baisers à toi, Love.

Et maintenant, en avant avec certaines choses utiles ou inutiles à savoir, mais qui sont néanmoins très « moi ».

1. J’ai une tache de naissance rouge vif, de la taille d’un dollar en argent sur le buste, que l’on confond souvent avec une éruption cutanée. Je ne la remarque même plus et corrige seulement les hypothèses des gens lorsqu’ils expriment verbalement leur préoccupation. La seule raison pour laquelle j’y pense maintenant et que je cherchais quelque chose de bizarre et d’intéressant à partager, ce qui nécessitait un inventaire complet de mon corps. A ma connaissance, c’est le seul fait atypique me concernant. Note agréable : mon père possède exactement la même tache, exactement au même endroit, donc – comme si une telle marque était indispensable pour garantir l’évidence – on ne pourra jamais en douter, je suis la fille de mon père.

2. A douze ans, j’ai commencé mon propre business en enseignant l’équitation avec ma meilleure amie Kate. Nous avons transformé l’ancienne écurie de sa ferme en « Bluebird Barn » (ainsi nommée en raison de tous les nichoirs à oiseaux plantés sur les piquets de clôture des environs), rédigé un formulaire de décharge afin de nous protéger si l’un de nos élèves tombait et se tuait, ou – je ne plaisante pas – était écrasé par un engin de ferme fou, ferré le vieux cheval de travail et placardé des publicités chez tous les marchands de glace de la ville. Ne me demandez pas pourquoi une douzaine de mères de famille de Louisville nous ont fait confiance pour leurs enfants. Je me pose toujours la même question tout en remerciant ma bonne étoile du réel succès de toute cette entreprise pendant plusieurs années consécutives.

3… Nous publiions aussi une lettre mensuelle. “The Bluebird Brigade” était envoyée par courrier à tous les parents de nos élèves et comprenait des articles sur les bienfaits du cheval sur l’âme des petites filles, les avantages et inconvénients de posséder son propre cheval plutôt que monter notre vieux Popcorn, les événements saut/peinture à venir à la ferme, et que faire si votre fils ou fille avait peur de remonter à cheval après une chute. Je ne suis pas sûre du nombre de lecteurs, tout comme je suis quasiment sure d’avoir ma petite idée : beaucoup de parents ne la lisaient pas, parce que je me souviens avoir écrit un article à la une intitulé « les dix meilleures raisons de lire la Bluebird Brigade ». Petit entrepreneur ardent, hein ?

4. Je considère ma foi catholique comme l’un des plus beaux cadeaux que m’ait fait ma mère. Si je devais classer les 5 434 598 bénédictions que m’a mère m’a accordées, ma foi serait là tout en haut avec le don de la vie. Je suis la première à admettre que je ne vis pas ma foi comme je le devrai, que j’ai des milliers de questions, que j’enfreins parfois délibérément certaines « règles » que je considère comme des limitations. Mais je dois dire aussi que savoir que je pourrai mieux vivre ma foi me pousse à voir plus haut, que se poser des questions stimule l’étude individuelle et que le désir occasionnel de se rebeller contre l’autorité mène à une compréhension plus profonde des raisons de cette autorité. Je suis fascinée par le travail d’artistes et auteurs brillants qui se sont battus au cours des siècles avec leur propre foi et qui en viennent toujours à la conclusion que quoiqu’en dise le monde, Dieu existe et il y a un certain ordre. Dans un monde qui semble glorifier chaque homme comme son propre dieu, je suis rassurée de voir que des scientifiques et des poètes, des docteurs et des avocats croient toujours de tout leur cœur en quelque chose qu’ils ne peuvent pas toucher et pas prouver.

5. Si j’ai eu une journée qui m’a parue improductive, je me force à penser aux choses banales que j’ai apprises dans les dernières 24 heures. Mon oncle Hank me demandait toujours « que sais tu Emily ? » …la réponse obligatoire étant « plus qu’hier ! » je lui attribue cette habitude étrange à chaque fois que je me surprends à être reconnaissante pour des choses comme apprendre à émincer du chou rouge, ou découvrir un nouveau vin, ou utiliser une expression familière en français dans le bon contexte, au bon moment et peut être avec seulement un ou deux bégaiements.

6. Je transporte ma bouillotte comme un Baptiste transporte sa Bible. Bon d’accord, peut être pas à ce point. Mais, au début de l’hiver, j’ai vu une bouillotte rouge pendue dans la vitrine d’une boutique appelée « Vieillard » et elle m’a appelée comme la petite robe noire a du appeler Coco Chanel. Je n’ai même pas comparé les prix, j’ai bondi et acheté l’objet, payant certainement deux fois plus cher que je l’aurai fait au Monoprix en bas de la rue. Cela s’est avéré pourtant un investissement que je n’ai jamais regretté. Ses usages sont divers et variés, incluant préchauffage de mes draps le soir, apaisement des douleurs du footing, maintien de mes mains au dessus d’une température effroyablement glaciale et chauffage individuel portable lorsque je suis assise au bord du terrain pendant l’occasionnel match de tennis hivernal. C’est vrai les amis. Pas de honte. Vraiment aucune. Une dernière chose : je vous informe que ma bouillotte-évangile a inspiré Sarah * (le nom a été modifié afin de préserver sa réputation) qui s’est convertie de ses jours avant bouillotte et marche dans mes (chaudes) traces.

7. J’ai tendance à radoter. Je dois y travailler.

Et maintenant je passe la récompense à Fatimah de Forever Fatimah, une jeune femme que je n’ai jamais rencontrée mais dont je suis le blog en raison de son point de vue intéressant et de ses citations positives et vivantes. J’aime particulièrement ce post, à propos du fait d’être reconnaissant pour ce que l’on a alors que la plupart du monde possède bien moins nous.

Légende photo :

Mon très stylé moi, il y quelques années. Le reflet d’Emily dans une remorque à chevaux avant une randonnée avec Tante Lindsey (Hublots de sport Wal-Mart qui tiennent par-dessus mes lunettes de vue)

Advertisements

8 Comments

Filed under Dijon, Gratitude, Inspiration, Just for laughs, Laugh it off

The magic of the moment that has passed

A mother sits on the top step of a wooden staircase, looking out a bright window at her child — a little boy — slumped, chubby arms crossed, on a cold stone bench. The late afternoon sunlight falls just beside him, but this mother knows her son has chosen his place in the shade, a place that manifests the tumult in his little heart, even as he shivers against the cold.

She sighs. Her shoulders plunge in solidarity with the boy’s, but also because she is exhausted, discouraged. A hand reaches up to brush the hair from her eyes, then, as if her face has been held up by that inconsequential strand, the weight of her head falls into the palm of her hand, her eyes never straying from the little boy on the other side of the pane.

Proud of his determination, she admires the resolute furrow of his brow, a stormy witness to a soul already brimming with emotion and individuality and desire. Saddened by his caprice, she mourns the waste of a perfect late winter afternoon, a moment lost, the sunlight darkened by her boy’s discontent. Through the window she considers the straw-colored highlights of his soft hair, the rose-petal silkiness of his round cheeks. She longs to rise from her perch, fly down the stairs, throw open the door and scoop her baby in her arms, kissing his face, his hair, his cold hands.

But she waits.

The sun hides behind a tree, reminding both mother and child that night will not delay. Its rays reach through the branches like fingertips on a precipice: stretching, grasping, slipping away.

Out the window, the boy’s arms slowly unlace and re-wrap themselves in an embrace against the cold.  The mother straightens as she watches him surrender. He rises from the bench and pads slowly across the gravel drive to the kitchen door. Still, she does not move.  A small hand on the door, a slow turn of the knob; he is inside.  From the bottom of the stairs he looks up at his mother, who mirrors his gaze: are his eyes not her own?

Without a word he climbs the steps, slowly, deliberately, then — arriving at the top — he sinks effortlessly into the woman’s arms.

“I’m sorry, Mama,” he need not say.

He is already forgiven, she relieved.  In the silence of her cradle lies a lesson that a thousand words could not rival. Unconditional love. Perfect empathy. I love you so much it hurts. Ultimate sacrifice: I would do anything for you.

The telephone rings. Her boy jumps from her lap. The spell is broken.

And I, sitting unassumingly with my book by the fire, will realize only later the magic of the moment that has passed.

**Photo credit: “Mother and Child 1880” by Mary Cassatt

TRADUCTION A LA MELIE:

La magie d’un moment qui passe.

Une mère est assise sur la plus haute marche d’un escalier en bois, regardant par la fenêtre lumineuse son enfant, un petit garçon, affalé, ses bras potelés croisés, sur un banc en pierre froide. Le soleil de la fin d’après midi descend derrière lui, mais cette mère sait que son fils a choisi cet endroit dans l’ombre, un endroit qui manifeste le tumulte dans son petit cœur, même s’il frissonne dans le froid.

Elle soupire. Ses épaules se voutent par solidarité avec celles de son fils, mais aussi parce qu’elle est épuisée, découragée. Une main s’élève pour écarter une mèche de ses yeux, puis, comme si son visage était attiré par ce refuge sans conséquence, le poids de sa tête tombe dans le creux de sa main, sans quitter des yeux le petit garçon de l’autre côté de la vitre.

Fière de sa détermination, elle admire le pli résolu de son front, témoin orageux d’une âme débordant déjà d’émotions, d’individualité et de désirs. Chagrinée par son caprice, elle déplore le gâchis de ce parfait après midi de fin d’hiver, un moment perdu, le soleil assombri par le mécontentement de son fils. Par la fenêtre, elle considère les reflets blonds de sa chevelure douce, ses joues rondes soyeuses comme des pétales de rose. Elle meurt d’envie de descendre de son perchoir, de dévaler les escaliers, d’ouvrir grand la porte et de blottir son bébé dans ses bras, d’embrasser son visage, ses cheveux, ses mains froides.

Mais elle attend.

Le soleil se cache derrière un arbre, rappelant à la mère et à l’enfant que la nuit ne va pas tarder. Ses rayons passent à travers les branches comme des doigts au bord d’un précipice : s’étirant, s’agrippant, glissant.

Par la fenêtre, les bras du garçon se croisent et se décroisent lentement dans une étreinte contre le froid. La mère se redresse en le voyant capituler. Il se relève du banc et marche lentement sur le gravier vers la porte de la cuisine. Elle ne bouge toujours pas. Une petite main sur la porte, un petit tour de poignee, il est à l’intérieur. Il regarde sa mère depuis le bas de l’escalier et voit le reflet de son regard : ses yeux ne sont-ils pas les siens ?

Sans un mot il grimpe l’escalier, lentement, délibérément, puis, arrivé au sommet, il tombe sans se forcer dans les bras de la femme.

Il n’a pas besoin de dire « pardon, Maman ».

Il est déjà pardonné, elle est soulagée. Dans le silence de son étreinte réside une leçon qu’un milliers de mots ne pourraient concurrencer. L’amour inconditionnel. Empathie parfaite. Je t’aime tellement que ça fait mal. Sacrifice ultime : je ferai n’importe quoi pour toi.

Le téléphone sonne. Le garçon saute de ses genoux. Le charme est rompu.

Et moi, assise sans m’en mêler, au coin du feu avec mon livre, je réaliserai seulement plus tard la magie de ce moment passé.

10 Comments

Filed under Gratitude, Inspiration

Les Vacances: It’s good to “changer d’air”

Changer d’air: To change one’s scenery.  Boy, did we ever! In celebration of my parents’ visit to France, we planned a complete change of scenery from my persistently wet and cold (though dear) Dijon to the sunshine of Provence.  In less than a week’s time we crossed half the country, from Dijon to Avignon, through Aix-en-Provence and on to the Mediterranean coast of Cassis. It was a wonderful trip, and great to see my parents again after six months!  Voila quelques observations about traveling to Provence:

Avignon: Theatre at Place de l'horloge, Mom and Emily at the ramparts of the Popes' Palace, View of the Ramparts from our hotel across the Rhone (Villeneuve-les-Avignon), Madonna and Child at St. Marc (Villeneuve-les-Avignon), The famous Bridge of Avignon

1. There are major advantages to traveling south in the off season: “Winter Break” in France is generally treated as such, meaning most families go skiing in the Alps rather than searching for sunshine.  Since I’d had enough of the cold, however (thank you very much), we steered clear of the flow of traffic toward the mountains.  Even though the change in temperature turned out only to be a matter of a few degrees (thus the wool coat), the general atmosphere was brighter and the taste of spring was in the air.  Also, there were no lines, practically no traffic, no problems making last minute hotel accommodations when my parents decided to stay one more day.  The rates at the picturesque hotels we chose were reasonable, and markedly lower than they would be after May.  Both Avignon and Cassis did seem a little “sleepy” at this time of year, but we enjoyed the quiet — and the obvious extra attention to detail at the restaurants and hotels.

View of the Chapel of the Palais des Papes from the ramparts

2. Make a little effort, work on your s’il vous plait, and those stereotypes about the French turning up their noses at American tourists will be gone with the Mediterranean wind. We’ve all heard about the nasty Parisian waiters who slam espressos onto the cafe tables overlooking the Champs Elysee as if they never expected tourists to darken the doorstep of this highly touristy part of town.  As if the beauty of the Arc de Triomphe itself and, more importantly for them, the existence of the waiters’ jobs along this chichi avenue did not depend on the innumerable euros we tourists drop on its impeccable sidewalks. But enough about Paris.  My parents and I received an open-armed welcome to Provence, with smiling hotel staff and charming waiters who joked with us, served us digestifs on the house, and said “thank you very much” in English before we left. When we parked the car in the short-term parking in front of the hotel in Cassis and asked “how much time do we have, five minutes?” the owner shrugged lightheartedly and said, “ten.”  Isn’t it too American to be laid back?  Not in Provence.

3. A French-speaking GPS is language immersion at its finest. The idea of immersion being that “necessity is the mother of learning,” my dad profited from forced daily language lessons a la “Mademoiselle G.”  At first I translated, repeating “in three-hundred meters you will turn left,” or “at the round point, you’ll take the second exit,” but after the first day I cautiously let Dad handle it on his own.  Sure, we had to turn around a few times, but by the end of the trip Dad had become completely fluent.  He can now speak English and French-GPS without a hitch.

4. Omelets are not for breakfast in France.  And you can’t add mushrooms to one with cheese. This is a concept that I had trouble with when I first crossed the Atlantic too.  Omelets can be eaten for lunch, even for dinner, but never for breakfast.  If there were a food pyramid for breakfast in France it would be really small, with only two layers: carbohydrates and sugar.  Pains au chocolat, buttery croissants, tartines with jam, biscuits and nutella, and old-fashioned baguettes all make the cut.  Omelets do not.  Furthermore, do not ask to add mushrooms to a lunch omelet with cheese.  The one time we had trouble with a waiter in Avignon was when Dad asked to add mushrooms to his omelette fromage. Our waiter asked the head waiter if champignons would be “possible” and this is the response I overheard: “If you change it for one customer, we’ll have to begin changing it for everyone…there is omelette nature (just egg) and omelette fromage, period.”  Dad had omelette fromage.

5. No matter how far away from the coast you are when you start, continue driving. It is worth the wait. The best day of our trip was the last, when we woke up in Cassis, enjoyed one of those high-sugar breakfasts and set off for a hike in the Mediterranean inlets — les Calanques. With not a cloud in the sky and hardly another person on the trail, we spent two hours among the most dramatic cliffs and bluest water I’ve ever seen.  When we had hiked to the tip of the Calanque “Port Pin” we looked back on a magnificent view of Cassis, the vineyards on the mountain steppes, the yacht clubs protected in the inlets, and the highest coastal cliff in Europe, Cape Canaille. Magic.

Cape Canaille, highest coastal cliff in Europe. It's name comes from the Latin "canalis mons," meaning "mountain of the water." The rock consists of various types of limestone from different epochs, which gives it its different colors.

 

6. When in the south of France, eat moules frites. Mussels and french fries, baby.  In proportions that would please any fat American.

7. Final Note: It is not feasible to drive from Avignon to Cassis and back to Dijon in one day. I am embarrassed to admit that of all the “minor details” I overlooked, this one wasn’t very minor. Maybe it could pass as a subconscious attempt to keep my parents as far from the Charles de Gaulle airport as possible for as long as possible, which did work.  So, thanks, Mom and Dad, for the extra day to make up for the error in planning. It was a change of scenery I’ll never forget, and the Mediterranean “change of air” is still fresh in my lungs!

TRADUCTION A LA MELIE:

Les Vacances : C’est bon de « changer d’air »

Changer d’air : changer de décor. Mes amis, plus que jamais ! Pour fêter la venue en France de mes parents, nous avons prévu un changement complet de décor entre mon Dijon toujours humide et froid (et pourtant adoré) et le soleil de Provence. En moins d’une semaine, nous avons traversé la moitié du pays, de Dijon à Avignon, en passant par  Aix-en-Provence et Cassis, sur la côte méditerranéenne. Ce fut un voyage magnifique, et si bon de revoir mes parents après six mois ! Voilà quelques observations sur le séjour en Provence :

Légende Photos 1 : Avignon, théatre et place de l’Horloge, Maman et Emily sur les remparts du Palais des Papes, vue des remparts depuis notre hôtel de l’autre côté du Rhône (Villeneuve les Avignon), la Vierge à l’Enfant à Saint Marc (Villeneuve les Avignon), le célèbre Pont d’Avignon.

1- Voyager dans le sud en basse saison présente des avantages majeurs

Les « Vacances d’hiver » en France sont considérées comme telles, ce qui signifie que la plupart des familles part skier dans les Alpes plutôt qu’à la recherche du soleil. Puisque j’avais mon compte de froid, cependant (merci beaucoup), nous nous sommes tenus à l’écart de la circulation en direction des montagnes. Même si l’écart de température ne s’est avéré que de quelques degrés (d’où le manteau en laine), l’atmosphère générale était plus lumineuse et l’air sentait le printemps. Donc, pas de files d’attentes, quasiment pas de circulation, pas de problème pour réserver un hôtel au dernier moment quand mes parents ont décidé de rester un jour de plus. Les prix des hôtels pittoresques que nous avons choisis étaient raisonnables et nettement inférieurs à ce qu’ils seront après le moi de Mai. Avignon comme Cassis avaient l’air un peu endormis à cette époque de l’année, mais nous avons apprécié le calme – et le très net souci particulier du détail dans les restaurants et hôtels.

Légende Photo 2 : Vue de la Chapelle du Palais des Papes depuis les remparts.

2- Faire un petit effort, travailler son s’il vous plait, et tous ces stéréotypes du Français faisant la moue aux touristes américains s’envolera comme le vent du midi.

Nous avons tous entendu parler de ce vilain serveur parisien qui jette les expressos sur la table du café donnant sur les Champs Elysées, comme s’il ne s’attendait pas à ce que des touristes envahissent cette partie hautement touristique de la ville. Comme si la beauté de l’Arc de Triomphe lui-même, et plus important pour eux, l’existence même de leur travail de serveur le long de cette avenue bling-bling ne dépendaient pas des innombrables euros que nous touristes jetons sur ses trottoirs impeccables. Mais ça suffit avec Paris. Mes parents et moi avons été accueillis à bras ouverts en Provence, par des hôteliers souriants et des serveurs charmants, plaisantant avec nous et nous offrant des digestifs maison, nous disant « Thank you very much » en Anglais à notre départ. Lorsque nous avons garé notre voiture sur le parking courte durée devant l’hôtel à Cassis et demandé « combien de temps avons-nous, cinq minutes ? » le propriétaire a chaleureusement haussé les épaules en disant « dix ». N’est pas trop américain d’être décontracté ? Pas en Provence.

3- Un GPS en français est la plus pure expression de l’immersion linguistique.

Le principe de l’immersion étant « nécessité est mère de l’apprentissage », mon père a profité des cours de langue quotidiens et forcés à la « Mademoiselle G ». Au début je traduisais, répétant « dans trois cent mètres, tournez à gauche », ou « au rond-point, deuxième sortie » mais après le premier jour, j’ai laissé faire Papa avec prudence. Bien sûr, nous avons du tourner en rond quelques fois, mais à la fin du séjour Papa était devenu complètement bilingue. Il peut maintenant parler le GPS anglais et français sans accroc.

4- En France, pas d’omelette au petit-déjeuner. Et on ne peut pas rajouter de champignons dans l’omelette au fromage.

Ce concept m’a à moi aussi posé problème lorsque j’ai traversé l’Atlantique pour la première fois. On peut manger une omelette pour le déjeuner, et même pour le diner, mais jamais pour le petit-déjeuner. S’il existait une pyramide du petit déjeuner en France, elle serait vraiment minuscule, avec seulement deux étages : glucides et sucres. Pains au chocolat, croissants au beurre, tartines de confiture, biscuits au nutella, baguettes à l’ancienne, et on a fait le tour. Les omelettes n’en font pas partie. De plus, ne demandez d’ajouter des champignons à une omelette au fromage pour le déjeuner. La seule fois où nous avons eu un problème avec un serveur en Avignon a été lorsque Papa a demandé qu’on ajoute des champignons dans son omelette fromage. Notre serveur a demandé au maître d’hôtel si les champignons étaient « possible » et voici la réponse que j’ai surprise « si on change pour un client, on va devoir changer pour tout le monde …on a omelette nature (œuf seulement) et omelette fromage, point. » Omelette fromage pour Papa.

5- Peu importe à quelle distance de la côte on se trouve quand on part, continuez d’avancer. Ca vaut le coup d’attendre.

Le plus beau jour de notre voyage fut le dernier, lorsque nous nous sommes réveillés à Cassis, dégustant l’un de ces petits-déjeuners à haute teneur en sucre, en partance pour une randonnée dans les criques méditerranéennes – les Calanques. Pas un nuage dans le ciel, pas un chat sur le sentier, nous avons passé deux heures sur les falaises les plus spectaculaires et devant l’eau la plus bleue que j’aie jamais vue. Arrivés à la pointe de la Calanque « Port Pin » nous nous sommes retournés sur une vue magnifique de Cassis, les vignes et la garigue, les yacht clubs à l’abri des criques, et la falaise côtière la plus haute d’Europe, Cap Canaille. Magique.

Légende 3 : Cap Canaille, la falaise littorale la plus haute d’Europe. Son nom vient du latin « canalis mons », signifiant « montagne de l’eau ». La roche est constituée de plusieurs types de calcaire datant de différentes époques, ce que lui donne ses couleurs variées.

6-      Dans le sud de la France, mange des moules frites. Des moules et des frites, bébé. En quantité qui plairait à tout américain obèse.

7 – Note finale : il n’est pas possible de faire Avignon – Cassis – Dijon en voiture en une seule journée.

Cela me gêne d’admettre que parmi tous les « détails mineurs » que j’ai oublié, celui-ci n’était pas vraiment mineur. Cela pourrait passer pour une volonté de mon subconscient de garder mes parents le plus loin possible de l’aéroport Charles de Gaulle le plus longtemps possible, ce qui a marché. Donc merci, Maman et Papa, pour ce jour supplémentaire dû à une erreur de planning. Ce fut un changement de décor que je n’oublierai jamais, et le « changement d’air » méditerranéen est toujours frais dans mes poumons !

2 Comments

Filed under Adventure, Photography, Travel

I’ve never made a lanyard, but sometimes Billy Collins says it just right

I’m back! Here are some images from our trip to the south…a teaser for stories to follow.

In the meantime — since I will prioritize unpacking my bag and arranging my things over writing for once — I am sharing with you this poem by Billy Collins, former Poet Laureate of the United States and fellow Holy Cross alum (yes, I am proud).  It’s a poem that has made me laugh in the past but seems right now more than ever to sum up my appreciation for my own parents.  What do you think?

The Lanyard – Billy Collins

The other day I was ricocheting slowly
off the blue walls of this room,
moving as if underwater from typewriter to piano,
from bookshelf to an envelope lying on the floor,
when I found myself in the L section of the dictionary
where my eyes fell upon the word lanyard.

No cookie nibbled by a French novelist
could send one into the past more suddenly—
a past where I sat at a workbench at a camp
by a deep Adirondack lake
learning how to braid long thin plastic strips
into a lanyard, a gift for my mother.

I had never seen anyone use a lanyard
or wear one, if that’s what you did with them,
but that did not keep me from crossing
strand over strand again and again
until I had made a boxy
red and white lanyard for my mother.

She gave me life and milk from her breasts,
and I gave her a lanyard.
She nursed me in many a sick room,
lifted spoons of medicine to my lips,
laid cold face-cloths on my forehead,
and then led me out into the airy light

and taught me to walk and swim,
and I, in turn, presented her with a lanyard.
Here are thousands of meals, she said,
and here is clothing and a good education.
And here is your lanyard, I replied,
which I made with a little help from a counselor.

Here is a breathing body and a beating heart,
strong legs, bones and teeth,
and two clear eyes to read the world, she whispered,
and here, I said, is the lanyard I made at camp.
And here, I wish to say to her now,
is a smaller gift—not the worn truth

that you can never repay your mother,
but the rueful admission that when she took
the two-tone lanyard from my hand,
I was as sure as a boy could be
that this useless, worthless thing I wove
out of boredom would be enough to make us even.

4 Comments

Filed under Art, Cool Characters, Gratitude