Les Vacances: It’s good to “changer d’air”

Changer d’air: To change one’s scenery.  Boy, did we ever! In celebration of my parents’ visit to France, we planned a complete change of scenery from my persistently wet and cold (though dear) Dijon to the sunshine of Provence.  In less than a week’s time we crossed half the country, from Dijon to Avignon, through Aix-en-Provence and on to the Mediterranean coast of Cassis. It was a wonderful trip, and great to see my parents again after six months!  Voila quelques observations about traveling to Provence:

Avignon: Theatre at Place de l'horloge, Mom and Emily at the ramparts of the Popes' Palace, View of the Ramparts from our hotel across the Rhone (Villeneuve-les-Avignon), Madonna and Child at St. Marc (Villeneuve-les-Avignon), The famous Bridge of Avignon

1. There are major advantages to traveling south in the off season: “Winter Break” in France is generally treated as such, meaning most families go skiing in the Alps rather than searching for sunshine.  Since I’d had enough of the cold, however (thank you very much), we steered clear of the flow of traffic toward the mountains.  Even though the change in temperature turned out only to be a matter of a few degrees (thus the wool coat), the general atmosphere was brighter and the taste of spring was in the air.  Also, there were no lines, practically no traffic, no problems making last minute hotel accommodations when my parents decided to stay one more day.  The rates at the picturesque hotels we chose were reasonable, and markedly lower than they would be after May.  Both Avignon and Cassis did seem a little “sleepy” at this time of year, but we enjoyed the quiet — and the obvious extra attention to detail at the restaurants and hotels.

View of the Chapel of the Palais des Papes from the ramparts

2. Make a little effort, work on your s’il vous plait, and those stereotypes about the French turning up their noses at American tourists will be gone with the Mediterranean wind. We’ve all heard about the nasty Parisian waiters who slam espressos onto the cafe tables overlooking the Champs Elysee as if they never expected tourists to darken the doorstep of this highly touristy part of town.  As if the beauty of the Arc de Triomphe itself and, more importantly for them, the existence of the waiters’ jobs along this chichi avenue did not depend on the innumerable euros we tourists drop on its impeccable sidewalks. But enough about Paris.  My parents and I received an open-armed welcome to Provence, with smiling hotel staff and charming waiters who joked with us, served us digestifs on the house, and said “thank you very much” in English before we left. When we parked the car in the short-term parking in front of the hotel in Cassis and asked “how much time do we have, five minutes?” the owner shrugged lightheartedly and said, “ten.”  Isn’t it too American to be laid back?  Not in Provence.

3. A French-speaking GPS is language immersion at its finest. The idea of immersion being that “necessity is the mother of learning,” my dad profited from forced daily language lessons a la “Mademoiselle G.”  At first I translated, repeating “in three-hundred meters you will turn left,” or “at the round point, you’ll take the second exit,” but after the first day I cautiously let Dad handle it on his own.  Sure, we had to turn around a few times, but by the end of the trip Dad had become completely fluent.  He can now speak English and French-GPS without a hitch.

4. Omelets are not for breakfast in France.  And you can’t add mushrooms to one with cheese. This is a concept that I had trouble with when I first crossed the Atlantic too.  Omelets can be eaten for lunch, even for dinner, but never for breakfast.  If there were a food pyramid for breakfast in France it would be really small, with only two layers: carbohydrates and sugar.  Pains au chocolat, buttery croissants, tartines with jam, biscuits and nutella, and old-fashioned baguettes all make the cut.  Omelets do not.  Furthermore, do not ask to add mushrooms to a lunch omelet with cheese.  The one time we had trouble with a waiter in Avignon was when Dad asked to add mushrooms to his omelette fromage. Our waiter asked the head waiter if champignons would be “possible” and this is the response I overheard: “If you change it for one customer, we’ll have to begin changing it for everyone…there is omelette nature (just egg) and omelette fromage, period.”  Dad had omelette fromage.

5. No matter how far away from the coast you are when you start, continue driving. It is worth the wait. The best day of our trip was the last, when we woke up in Cassis, enjoyed one of those high-sugar breakfasts and set off for a hike in the Mediterranean inlets — les Calanques. With not a cloud in the sky and hardly another person on the trail, we spent two hours among the most dramatic cliffs and bluest water I’ve ever seen.  When we had hiked to the tip of the Calanque “Port Pin” we looked back on a magnificent view of Cassis, the vineyards on the mountain steppes, the yacht clubs protected in the inlets, and the highest coastal cliff in Europe, Cape Canaille. Magic.

Cape Canaille, highest coastal cliff in Europe. It's name comes from the Latin "canalis mons," meaning "mountain of the water." The rock consists of various types of limestone from different epochs, which gives it its different colors.

 

6. When in the south of France, eat moules frites. Mussels and french fries, baby.  In proportions that would please any fat American.

7. Final Note: It is not feasible to drive from Avignon to Cassis and back to Dijon in one day. I am embarrassed to admit that of all the “minor details” I overlooked, this one wasn’t very minor. Maybe it could pass as a subconscious attempt to keep my parents as far from the Charles de Gaulle airport as possible for as long as possible, which did work.  So, thanks, Mom and Dad, for the extra day to make up for the error in planning. It was a change of scenery I’ll never forget, and the Mediterranean “change of air” is still fresh in my lungs!

TRADUCTION A LA MELIE:

Les Vacances : C’est bon de « changer d’air »

Changer d’air : changer de décor. Mes amis, plus que jamais ! Pour fêter la venue en France de mes parents, nous avons prévu un changement complet de décor entre mon Dijon toujours humide et froid (et pourtant adoré) et le soleil de Provence. En moins d’une semaine, nous avons traversé la moitié du pays, de Dijon à Avignon, en passant par  Aix-en-Provence et Cassis, sur la côte méditerranéenne. Ce fut un voyage magnifique, et si bon de revoir mes parents après six mois ! Voilà quelques observations sur le séjour en Provence :

Légende Photos 1 : Avignon, théatre et place de l’Horloge, Maman et Emily sur les remparts du Palais des Papes, vue des remparts depuis notre hôtel de l’autre côté du Rhône (Villeneuve les Avignon), la Vierge à l’Enfant à Saint Marc (Villeneuve les Avignon), le célèbre Pont d’Avignon.

1- Voyager dans le sud en basse saison présente des avantages majeurs

Les « Vacances d’hiver » en France sont considérées comme telles, ce qui signifie que la plupart des familles part skier dans les Alpes plutôt qu’à la recherche du soleil. Puisque j’avais mon compte de froid, cependant (merci beaucoup), nous nous sommes tenus à l’écart de la circulation en direction des montagnes. Même si l’écart de température ne s’est avéré que de quelques degrés (d’où le manteau en laine), l’atmosphère générale était plus lumineuse et l’air sentait le printemps. Donc, pas de files d’attentes, quasiment pas de circulation, pas de problème pour réserver un hôtel au dernier moment quand mes parents ont décidé de rester un jour de plus. Les prix des hôtels pittoresques que nous avons choisis étaient raisonnables et nettement inférieurs à ce qu’ils seront après le moi de Mai. Avignon comme Cassis avaient l’air un peu endormis à cette époque de l’année, mais nous avons apprécié le calme – et le très net souci particulier du détail dans les restaurants et hôtels.

Légende Photo 2 : Vue de la Chapelle du Palais des Papes depuis les remparts.

2- Faire un petit effort, travailler son s’il vous plait, et tous ces stéréotypes du Français faisant la moue aux touristes américains s’envolera comme le vent du midi.

Nous avons tous entendu parler de ce vilain serveur parisien qui jette les expressos sur la table du café donnant sur les Champs Elysées, comme s’il ne s’attendait pas à ce que des touristes envahissent cette partie hautement touristique de la ville. Comme si la beauté de l’Arc de Triomphe lui-même, et plus important pour eux, l’existence même de leur travail de serveur le long de cette avenue bling-bling ne dépendaient pas des innombrables euros que nous touristes jetons sur ses trottoirs impeccables. Mais ça suffit avec Paris. Mes parents et moi avons été accueillis à bras ouverts en Provence, par des hôteliers souriants et des serveurs charmants, plaisantant avec nous et nous offrant des digestifs maison, nous disant « Thank you very much » en Anglais à notre départ. Lorsque nous avons garé notre voiture sur le parking courte durée devant l’hôtel à Cassis et demandé « combien de temps avons-nous, cinq minutes ? » le propriétaire a chaleureusement haussé les épaules en disant « dix ». N’est pas trop américain d’être décontracté ? Pas en Provence.

3- Un GPS en français est la plus pure expression de l’immersion linguistique.

Le principe de l’immersion étant « nécessité est mère de l’apprentissage », mon père a profité des cours de langue quotidiens et forcés à la « Mademoiselle G ». Au début je traduisais, répétant « dans trois cent mètres, tournez à gauche », ou « au rond-point, deuxième sortie » mais après le premier jour, j’ai laissé faire Papa avec prudence. Bien sûr, nous avons du tourner en rond quelques fois, mais à la fin du séjour Papa était devenu complètement bilingue. Il peut maintenant parler le GPS anglais et français sans accroc.

4- En France, pas d’omelette au petit-déjeuner. Et on ne peut pas rajouter de champignons dans l’omelette au fromage.

Ce concept m’a à moi aussi posé problème lorsque j’ai traversé l’Atlantique pour la première fois. On peut manger une omelette pour le déjeuner, et même pour le diner, mais jamais pour le petit-déjeuner. S’il existait une pyramide du petit déjeuner en France, elle serait vraiment minuscule, avec seulement deux étages : glucides et sucres. Pains au chocolat, croissants au beurre, tartines de confiture, biscuits au nutella, baguettes à l’ancienne, et on a fait le tour. Les omelettes n’en font pas partie. De plus, ne demandez d’ajouter des champignons à une omelette au fromage pour le déjeuner. La seule fois où nous avons eu un problème avec un serveur en Avignon a été lorsque Papa a demandé qu’on ajoute des champignons dans son omelette fromage. Notre serveur a demandé au maître d’hôtel si les champignons étaient « possible » et voici la réponse que j’ai surprise « si on change pour un client, on va devoir changer pour tout le monde …on a omelette nature (œuf seulement) et omelette fromage, point. » Omelette fromage pour Papa.

5- Peu importe à quelle distance de la côte on se trouve quand on part, continuez d’avancer. Ca vaut le coup d’attendre.

Le plus beau jour de notre voyage fut le dernier, lorsque nous nous sommes réveillés à Cassis, dégustant l’un de ces petits-déjeuners à haute teneur en sucre, en partance pour une randonnée dans les criques méditerranéennes – les Calanques. Pas un nuage dans le ciel, pas un chat sur le sentier, nous avons passé deux heures sur les falaises les plus spectaculaires et devant l’eau la plus bleue que j’aie jamais vue. Arrivés à la pointe de la Calanque « Port Pin » nous nous sommes retournés sur une vue magnifique de Cassis, les vignes et la garigue, les yacht clubs à l’abri des criques, et la falaise côtière la plus haute d’Europe, Cap Canaille. Magique.

Légende 3 : Cap Canaille, la falaise littorale la plus haute d’Europe. Son nom vient du latin « canalis mons », signifiant « montagne de l’eau ». La roche est constituée de plusieurs types de calcaire datant de différentes époques, ce que lui donne ses couleurs variées.

6-      Dans le sud de la France, mange des moules frites. Des moules et des frites, bébé. En quantité qui plairait à tout américain obèse.

7 – Note finale : il n’est pas possible de faire Avignon – Cassis – Dijon en voiture en une seule journée.

Cela me gêne d’admettre que parmi tous les « détails mineurs » que j’ai oublié, celui-ci n’était pas vraiment mineur. Cela pourrait passer pour une volonté de mon subconscient de garder mes parents le plus loin possible de l’aéroport Charles de Gaulle le plus longtemps possible, ce qui a marché. Donc merci, Maman et Papa, pour ce jour supplémentaire dû à une erreur de planning. Ce fut un changement de décor que je n’oublierai jamais, et le « changement d’air » méditerranéen est toujours frais dans mes poumons !

Advertisements

2 Comments

Filed under Adventure, Photography, Travel

2 responses to “Les Vacances: It’s good to “changer d’air”

  1. What a wonderful post, Emily. I felt like I was right there in the car with you all. Plus, I absolutely love the double exposure, so to speak—you shooting your dad as he is shooting you! So cool. Those need to be framed together. Really incredible.

  2. Looks like you had a wonderful time! Thanks for the tip about the omelettes… now I’ll be sure not to make the same faux pas.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s